[Traduction] Saisons, nostalgie et le fandom, partie 3 : la hauteur de la bronitude et une demi-année de polémique !

Saisons, nostalgie et le fandom, partie 3

Désolé pour le retard. Ça prend un sacré bout de temps de rechercher et fouiller le passé du fandom. Un tas de choses se passent en coulisses et ce n’est pas toujours beau à voir. À cause du temps que ces choses prirent entre 2012 (hiatus) et 2013 (saison), ce post sera séparé en sections plutôt que chronologiquement.
La saison 2 était officiellement terminée, et le final générait une quantité infinie de créations de fans. This Day Aria fut certainement une des chansons les plus remixées, et nous avons déjà parlé de la popularité de Chrysalis dans le post précédent. Hasbro nous avait complètement remarqués à ce moment, et l’année à venir serait absolument délirante à cause de ça.
Malheureusement, nous avions à nouveau une longue période d’attente devant nous.  Nul ne s’attendait à ce qu’elle fût aussi longue qu’elle le fut finalement, et vers la fin, nous étions complètement affamés de nouveaux épisodes. La parution de Discord en septembre pour la saison 2 nous avait gâtés plus qu’autre chose, et cette fois-ci, ce serait encore long à partir de là avant que nous vissions la lumière au bout du tunnel.
Malgré la mystérieuse absence de date de début de la troisième saison, nous nous développâmes plus que jamais. Nous parlerons de ça, des produits dérivés, des conventions et même de la véritable histoire de Las Pegasus Unicon après la coupure ! C’est assez long, j’espère que vous avez du temps libre.
Et si vous ne les avez pas déjà lues, lisez la partie 1 et la partie 2 !

L’ère de Twitter et de l’attention médiatique

Alors que la saison 2 arrivait à son terme, un phénomène intéressant commençait à prendre forme sur Twitter. Bien que la plupart de l’équipe de la série n’eussent été visibles que dans des interviews par le passé, la popularité incroyable des tweets de Tara Strong incita les autres à créer ou révéler leurs comptes Twitter. Pendant que Tara était occupée à nous exciter avec Twilight Sparkle dans des positions suggestives, Meghan McCarthy créa un compte et en fit la source fiable de toutes sortes d’informations sur ce qui se passait dans les coulisses des poneys.
Évidemment, il ne se passait pas que ça. Pas mal d’entreprises et d’organisations médiatiques commencèrent à s’intéresser au phénomène poney. Pendant l’année, presque tout le monde écrivit une forme d’article sur les bronies, du positif au moins positif. Pour quelque raison, 70 % d’entre eux gardaient l’image des poneys de la G1. À ce jour, ça arrive encore. Non, je ne les comprends pas non plus. Il faut vraiment chercher loin sur Google Images pour trouver un poney de la G1.
Peu importe les reportages, nous nous approchions du grand public, et les choses prirent une ampleur astronomique de ce fait !

L’essor des conventions, et branle-bas de combat chez Hasbro !

Vous rappelez-vous la convention dont on a parlé la dernière fois ? Celle qui avait eu 300 participants ? Ce n’était pas parti pour durer comme ça. Les poneys n’étaient pas lentement en train de grandir et d’attirer de nouveaux membres. Nous étions un inépuisable torrent à ce moment.
La quatrième BronyCon (qui était passée de cette folie de convention bimestrielle à un événement annuel) était fixée pour juin 2012, et remplit complètement son objectif de 4000 visiteurs. Oui, nous étions passés de 300 à 4000 en moins d’un an. Bien sûr, cette grande annonce que Lauren Faust en personne était invitée n’y fut probablement pas pour rien. Sans parler de l’essaim de doubleurs et d’employés de la série également invités.
Mais ce n’était pas tout. Avec une convention devenue annuelle et une portée quelque peu limitée, des groupes de meet-up dans tout le pays commencèrent à former leurs propres petites conventions. De la côte est jusqu’au sud du Texas, l’année des conventions avait officiellement commencé !

Mais vu de l’intérieur, ce n’était pas tout rose. Que fait une entreprise multimilliardaire lorsque 30 conventions demandent à inviter l’équipe de la série à des événements débutants qui n’ont pas encore fait leurs preuves ? Et pourquoi étaient-elles toutes centrées sur un dessin animé pour petites filles, mais remplies d’adultes ? Elle bloque tout, voilà ce qu’elle fait. Hasbro n’avait aucune idée de comment gérer la folie qu’étaient les bronies. En tant qu’entreprise relativement vieux jeu, leur seule autre convention majeure venait de Transformers, et ce n’était rien à côté de ça.
Rien de tout ça ne fut publiquement annoncé, mais il y eut un temps début 2012 où les choses étaient très compliquées concernant la participation de l’équipe à des conventions, et presque complètement coupées. Hasbro devait gérer le fait que les bronies pouvaient endommager leur image de marque. Un tour sur Google sans Safe Search pour un nom de poney résulterait le plus souvent en des images peu favorables apparaissant à peine à la moitié de la page, et notre apparition récente dans les médias n’était pas toujours une fierté pour eux. Ils n’étaient pas sûrs non plus de pouvoir se faire assez d’argent sur nous pour combler ce potentiel cauchemar en relations publiques.
Finalement, ils acceptèrent de naviguer dans cette tempête après des mois de discussion. Évidemment, ils furent aidés par le fait que les conventions commençaient à proposer de l’argent pour l’apparition du personnel de la série. Tara Strong n’est pas gratuite !

Alors que la saison des conventions touchait à sa fin, un nouvel événement fut annoncé pour début 2013 dans une ville que tout le monde pensait démentielle pour les poneys. Las Vegas est l’endroit rêvé pour quelque chose de ce genre, avec ses hôtels incroyablement bon marché et son divertissement d’extérieur abondant. Ô combien nous nous trompions.
Vous savez, les inquiétudes de Hasbro sur l’éventualité qu’une de ces conventions implose ? Bienvenue à Las Pegasus Unicon ! Annoncée fin 2012 avec une flopée d’artistes de la série, elle était très alléchante du point de vue du participant. Malheureusement, lorsqu’on invite et rémunère la moitié de l’équipe de la série et une multitude de membres de la communauté, et qu’on se retrouve avec seulement la moitié des participants attendus, le budget se porte mal.
La deuxième nuit, pendant que tout le monde s’amusait, les groupes de média du fandom furent appelés par le personnel de la série pour une réunion. Apparemment, tout était en train de tomber en ruines. La convention était dans le rouge, et absolument personne n’allait être payé. Vous pourriez dire : « Mais Sethisto ! L’équipe de la série est cool, pourquoi elle n’encaisserait pas les frais ? ». Ce n’est pas vraiment comme ça que ça marche. Même s’ils pourraient, Hasbro le verrait également. Ils sont déjà hésitants et n’ont que récemment ouvert les portes à ce genre d’événements. Si toutes ces personnes se faisaient arnaquer, il était presque sûr qu’ils arrêteraient tout sur-le-champ.
C’est ainsi que Las Pegassist fut créé. La convention s’arrêta le lendemain, et ses organisateurs disparurent. Les musiciens et autres invités de la communauté, à qui on avait promis des chambres et vols tous frais payés, se retrouvèrent avec une facture de 300 dollars pour leurs comptes en banque, dont la plupart étaient déjà presque vides au départ. Il y eut des frais de découvert, et certains d’entre eux se retrouvèrent abandonnés sans moyen de rentrer chez eux.
Grâce à l’assistance collective en ligne de la communauté brony entière, avec Lee Tockar à sa tête, nous pûmes réparer la majorité des dégâts. À ce jour, nous avons encore l’ombre menaçante d’Unicon pour nous montrer ce qu’il ne faut PAS faire, et dépeindre une scène de conventions qui n’est pas exempte d’erreurs juste parce que la fanbase des poneys est énorme. Aujourd’hui, les choses sont bien plus strictement régulées.
Ai-je mentionné que la Riviera fait de très mauvaises pizzas ? Berk.

Les produits dérivés pour bronies

De retour du côté positif ! Bien que la polémique fût d’actualité côté conventions, le concept de brony gagnait très rapidement du terrain partout ailleurs.

Pendant longtemps, nous étions restreints à coiffer des crinières et à acheter de minuscules poneys de blindbags, dont la plupart étaient recolorés à l’infini. C’était presque embarrassant de voir l’emballage de certains. Blossomforth est peut-être géniale dans la série maintenant, mais une Rainbow Dash verte et rouge ne faisait pas notre bonheur à l’époque.

Cela prit quelque temps, mais Hasbro entendit nos demandes de jouets plus ressemblants à la série. Les poneys collector étaient des premiers dans la catégorie « TAKE MY MONEY », avec des personnages comme Gilda et Photo Finish. Ils étaient quasiment introuvables au début, car les magasins n’en recevaient que huit par livraison, et Hasbro ne nous considérait pas valables d’un lourd investissement.

Des magasins comme Toys’R’Us durent les convaincre, et la série collector continua périodiquement. Mais Hasbro n’était pas la seule entreprise à vouloir tester le marché. Des licencieurs de partout s’inspirèrent du succès de We Love Fine et commencèrent à vendre des produits dérivés à droite et à gauche.

Et ainsi commença la croissance des figurines Funko, commençant avec le poney qui, un an plus tôt, avait été le centre d’une des plus grandes crises que le fandom eût connues. Nous avions enfin une entreprise concentrée sur la création de figurines de haute qualité. Derpy et Rainbow Dash joignirent une multitude d’autres produits dérivés pour bronies dans les magasins Hot Topic de tous les États-Unis.

Nous vîmes également une foule de fabricants de peluches joindre la ruée vers nos porte-monnaie. Tandis que des entreprises comme Funrise avec leur poneys produits en masse avec des crinières en spaghetti visaient les plus désespérés d’entre nous, de plus petits manufacturiers suivirent la même approche que Funko. 4DE commença les pré-commandes de la Twilight Sparkle ci-dessus début 2013, nous surprenant tous avec ce qui semblait être une très bonne version produite en masse de ces poneys faits main à 300 $ que l’on voit tout le temps sur eBay. Étant une plus petite entreprise, ils sont un peu une exclusivité à ce moment, seulement disponibles en ligne et dans les magasins de bandes dessinées. Mais d’après les sondages, nous en voulons plus.

Mais les figurines et les peluches n’étaient pas les seuls produits pour nous. Quelque chose d’autre poignait à l’horizon.

Pendant la Comic Con 2012, une toute nouvelle série de comics de production professionnelle fut annoncée. Tout en restant largement dans l’esprit du dessin animé, les comics My Little Pony pouvaient explorer des histoires et faire des crossovers qui seraient limités par Hasbro dans la série animée. Les poneys favoris des fans étaient constants et les Mane 6 partirent immédiatement combattre Chrysalis et joindre Luna pour toutes sortes d’aventures folles.

Et comment réagîmes-nous à tout ça ? En donnant des tonnes d’argent. 90000 exemplaires du no 1 furent pré-commandés bien avant sa parution. Dans le monde des comics, c’est plutôt inouï. Nous battions des titans comme Superman, Spiderman et Batman. Ce fut un tel succès qu’une seconde série de micro-comics centrés sur les personnages fut annoncée. Bien que son succès soit imprévisible, il n’y a pas de meilleur moyen de recevoir son infusion de poneys entre les saisons.

Le fandom se complexifie !

Les choses continuèrent de croître, et avec elles le talent. Les musiciens « célèbres » amassaient des milliers d’abonnés à chaque chanson, tandis que les artistes et écrivains acquirent un énorme public sur DeviantArt et Fimfiction. Avec la quantité incroyable de contenu arrivant de tous les coins d’Internet, il semblait que nous n’aurions même pas besoin d’une troisième saison pour continuer. Des projets majeurs, bien plus importants que tout ce qu’on avait pu voir auparavant, apparaissaient comme des lapins. Des animations à longueur d’épisode furent annoncées : Snowdrop et Double Rainboom, et des projets dans le jeu vidéo, comme Fighting Is Magic, étaient annoncés presque quotidiennement.

Mais même avec cette inondation de contenu, nous étions de plus en plus en manque d’une saison. Comic Con avait publié une chanson entière pour nous tenir en haleine, mais où était notre date de début ? Alors que le temps continuait de passer, ce ne fut qu’en octobre que nous vîmes enfin la lumière au bout du tunnel. 23 jours avant que la saison 3 commençât, nous avions enfin une date en novembre. Enfin, plus de poneys !

En revers de la médaille, quelque chose d’horrible commença à arriver à certains des projets mentionnés ci-dessus, dont le plus important était probablement Fighting Is Magic. Hasbro avait déjà démarré l’année avec le ContentID sur YouTube bloquant diverses vidéos liées aux poneys, mais rien ne battrait la plus grosse attaque que nous ayons vues envers les créations de fans. Fighting Is Magic reçut une ordonnance de cessation et d’abstention en février 2013, et le monde poney explosa… une fois de plus. Avec Twilicorn (sur qui nous reviendrons dans la section Saison 3) qui dérangeait déjà certaines personnes à ce moment-là, nous n’avions vraiment pas besoin d’un tel événement, surtout après que tout le monde avait été si excité d’y jouer à l’EVO.

Mais il y avait toujours de bonnes nouvelles ! Lauren Faust intervint dans cette affaire et proposa de dessiner des personnages originaux pour un tout nouveau jeu. Mane6 continue de travailler avec elle aujourd’hui.

Saison 3 et l’arrivée de Twilicorn !

Princess Candybutt et Shining Armor avaient besoin d’un endroit qui ne soit pas le territoire de Celestia et Luna, donc l’Empire de Cristal fut créé. La saison 3 commença avec un double épisode et un tout nouveau méchant. Malheureusement, il n’eut pas un grand succès. Avec seulement « Cryyyyystaaaaaals » et « Slaaaaaves » comme répliques, Sombra avait beaucoup moins de corps que la plupart des précédents méchants. Mais les épisodes eux-mêmes étaient assez amusants. Le verrons-nous à nouveau dans les comics ? Qui sait ! Mais il fut rapidement oublié à cause des fuites et bandes-annonces de quelque chose qui bousculerait à nouveau profondément le fandom.

Je parle évidemment du RETOUR DE LA GRANDE ET PUISSANTE TRIXIE. YAY. MEILLEUR ÉPISODE ∞/10 SANS CONTESTE. Y avait-il un doute à avoir ?!

OK, OK… Voici le vrai truc.

Pendant la saison 3, la croissance de Twilight était un thème récurrent. Celestia semblait la préparer pour quelque chose, et grâce à quelques fuites et publicités sur the Hub, nous savions de quoi il s’agissait bien avant l’épisode final. Oui, la waifu nerd préférée de tout le monde allait passer en mode alicorne. Mais ça ne s’arrêtait pas là, oh que non. Elle serait une princesse.

Oui, c’est apparemment comme ça que le gouvernement d’Equestria fonctionne. Si tu as des ailes et une corne, on te met une couronne sur la tête sans se soucier de tes qualifications. Les gens avaient plusieurs raisons de s’indigner de ce changement. Bien que Twilight eût toujours été destinée à atteindre ce stade dans l’idée originale de Lauren Faust, beaucoup considérèrent que ça avait été fait à la va-vite, pour vendre une nouvelle alicorne maintenant que la nouveauté de Cadance s’éteignait. La saison entière était un tremplin vers ce changement, mais Magical Mystery Cure ayant un tel impact sur un poney si aimé en seulement 22 minutes fut un choc culturel trop important pour certaines personnes.

Cela s’ajoutait au fait que la saison 3 ne comptait que treize épisodes au total, finissant en tout début d’année. Il nous fallait attendre neuf mois pour savoir quel serait l’impact de ce changement sur la série.

Et, juste au cas où les gens s’inquiétaient que Twilight devienne une figure royale, Equestria Girls fut annoncé à la fin de la saison 3. Ils humanisaient les poneys et les mettaient dans un décor d’université, ce qui fit râler l’intégralité du fandom à première vue. C’était une montée assez énorme à 2 sur l’échelle de la polémique, et nous n’y étions pas préparés après la pinacle de bronies heureux suivant la saison 2. Beaucoup se demandèrent si c’était la raison pour laquelle la saison 3 avait été si courte. Il fallut attendre jusqu’en 2014, à BABScon, pour éclaircir ce point. Heureusement, EG fut plutôt bon tout compte fait, et les gens l’apprécièrent. Bien sûr, nous aurions préféré un film entièrement poney pour notre première tournée de sorties cinéma, mais DHX s’en sortit bien à nouveau. Mais cette histoire est pour un prochain post !

Finalement, le troisième ensemble d’épisodes de MLP fut quelque peu mouvementé à cause de ces changements, mais nous offrit quand même des histoires des plus mémorables. Même si Magical Mystery Cure fut frappé par la polémique finale, l’épisode lui-même était très amusant, avec le tout premier épisode musical de la G4. Ne mentez pas, vous avez eu des frissons quand Celestia commença à chanter !

Le fandom dans son intégralité entra dans le hiatus de 2013 dans une position bizarre. Entre la suppression de Fighting Is Magic, l’humanisation des poneys et le couronnement de Twilight, les relations entre le fandom et Hasbro étaient assez instables. DHX faisait un très bon travail en essayant de limiter la casse tout en tenant leurs délais, mais la foi en Hasbro comme seigneur tout-puissant était au plus bas.

Puisque la saison 4 et le hiatus de 2013 sont plutôt récents, je n’étais pas sûr de devoir faire une partie 4 à cette série. C’est encore frais ! N’hésitez pas à nous conseiller d’autres sujets à explorer dans les commentaires. Merci à tous pour votre attention ! J’espère que vous en avez tiré quelque chose d’intéressant !

Laisser un commentaire