[Traduction] Saisons, nostalgie et le fandom, partie 1 : le début et le board 4chan qui a aidé à tout commencer

Bonjour à tous, amis poneys, ici Qbe Root. D’habitude, je ne suis que correcteur ici, mais j’ai lu un article d’Equestria Daily que j’ai trouvé intéressant de traduire pour vous. Il s’agit de l’histoire de la communauté brony de 4chan à Twilicorn, racontée par Sethisto (c’est donc la… Sethistoire !). Par conséquent, si l’article parle de « ma boîte mail à EQD », il s’agit de celle de Sethisto ! 😉

Saisons, nostalgie et le fandom, partie 1

C’est LUNDI. D’habitude, je hais le lundi. C’est en haut de la liste avec le mercredi comme jour où rien ne se passe. Heureusement, on vient d’avoir une fin de saison épique. Je crois que c’est un des épisodes où la quantité incroyable de publicité de la part des auteurs, doubleurs, réalisateurs, storyboardeurs et des gens de chez Hasbro Studios était complètement justifiée. Ils nous ont promis du lourd, et je pense qu’on a eu du lourd. Grâce à ça, on est encore pleins d’énergie pour un jour que, d’habitude, je déteste !

Il y a un moment que je n’ai pas vu la boîte mail d’EQD avec environ quatre-vingts mails à mon réveil (il m’arrive parfois d’aller au lit), et je ne pourrais pas être plus heureux. Oui, fandom, nous gagnons une fois de plus en célébrité après ça. J’ai dû voir passer une vingtaine de vidéos remplaçant la musique du combat Twilight vs. Tirek par différents morceaux de metal et musiques de Dragon Ball Z. On n’a pas l’habitude de poster ce genre de choses, mais c’est quand même excitant de voir les gens si… excités !
Quel rapport avait cette fin de saison avec les précédentes ? Même si ici, à EQD, on n’est pas au centre du phénomène poney sur Internet, j’aime à penser qu’on a une assez bonne vue d’ensemble sur ce qui s’y passe. Dans les prochains jours, je posterai une réflexion sur ce qui a rendu ce fandom possible, nommer quelques-uns des principaux événements, et j’espère donner aux nouveaux une idée de comment rendre l’attente bien moins douloureuse ! Et si vous êtes toujours ici depuis le bon vieux temps des poneys old school, rejoignez-moi pour un peu de nostalgie.
Sans plus attendre, lisez la suite pour la saison 1 et la confusion collective des internautes de tous horizons sous un bombardement de chevaux de dessin animé.

La saison 1 et le board 4chan où tout a commencé !

Je vais faire de mon mieux pour ne pas vous écrire un pavé là-dessus, mais la nostalgie est forte, là. D’après ce sondage, la plupart d’entre vous ont raté la naissance de ce monde sauvage de poneys que nous avons là.
Peu importe ce que vous avez pu entendre à ce sujet, un pilote majeur de tout ce qui s’est passé au début était les vieux threads sur /co/. Un article sur Cartoon Brew a démarré un thread, qui a démarré un autre thread, qui lui-même a démarré une dizaine de threads d’un coup, qui ont appelé un modérateur à nous endiguer dans un seul thread. Oui, les poneys sont majoritairement apparus dans ce que Fox News appela une fois « la machine à haine d’Internet ». À part ses intitulés douteux, c’est vrai que 4chan n’est pas connu pour son atmosphère accueillante et sa communauté soudée, et un dessin animé sur l’amitié et être ensemble a rapidement confus beaucoup de personnes à mesure qu’il se répandait dans les autres boards.

Quelque chose de bizarre était en train d’arriver, et pas seulement sur le board où le mouvement était né. Des têtes de licornes et de pégases bizarres aux couleurs pastel commencèrent à apparaître un peu partout. Apparemment, les poneys mignons et colorés et leur large gamme d’expressions faciales étaient populaire dans les images légendées, et en les utilisant, 4chan et bientôt le côté geek d’Internet furent inondés d’un tsunami de choses comme ça :

… Sérieux ?

Eh oui, Twilight. Le World Wide Web n’était pas prêt pour ce qui allait se passer. Des durs à cuire partout sur Internet changeaient leurs avatars pour des crinières arc-en-ciel et des cornes de licornes. 4chan, l’épicentre du phénomène, était tout particulièrement affecté ; il n’y avait pas une section du site qui n’avait pas au moins un poney posté quelque part toutes les heures.

Les curieux finirent par regarder le pilote sur YouTube et l’aimèrent silencieusement en faisant tout leur possible pour se convaincre qu’en fait, ils ne trouvaient pas Fluttershy adorable. La plupart d’entre eux finirent par craquer, et des cendres de leur masculinité, le terme « bronies » était né.

Les modos dorment, postez des poneys !

L’âge d’or des adultes confus n’était pourtant pas de tout repos. On peut comprendre que ceux qui ne s’étaient pas joints au phénomène n’étaient pas ravis de voir une armée de poneys tout bloquer. Des threads et des images de poneys étaient bannis et supprimés çà et là. Les modérateurs de 4chan semblaient faire tout ce qui était en leur pouvoir pour tuer le fandom dans l’œuf. Le monde poney n’allait pas bien. La première grande guerre des poneys de 4chan commença.

Equestria Daily : tous les poneys qu’on peut publier !

C’est à peu près à ce moment-là que naquit Equestria Daily (et je fus banni pour un thread sur Trixie, oups), avec pour but de mettre en avant ce qui se passait dans les threads de poneys avant qu’ils fussent détruits. Nous avions un excellent archiveur, mais c’était quand même un énorme casse-tête de se tenir à jour, relayant l’information jusqu’au petit matin en espérant ne rien rater d’important.

Maudits poneys, ils me donnent des insomnies !

Un jour, les haut gradés de /co/ ont posté ce traité, et le poney fut à nouveau autorisé à fleurir, toutefois bien plus limité qu’auparavant. Les poneys devaient rester dans un seul thread à la fois, et les images étaient bannies de tous les autres boards. Même si, dans un lointain futur, nous verrions naître un board entier dédié à MLP, c’était (et c’est toujours) la règle. Heureusement, à ce moment-là, Friendship Is Magic s’étendait au-delà des frontières d’un seul site.

Alors que la saison 1 arrivait à sa fin, beaucoup se demandaient ce que le futur réservait à notre nouvelle obsession. C’était à l’époque où nous n’étions même pas sûrs de voir une deuxième saison. Bien sûr, la série était aimée et le fandom grandissait, mais serait-ce suffisant ?

C’est alors que le contenu fan intervint. La fan-fiction, en particulier, était très appréciée entre les épisodes. Ce n’étaient pas les histoires de 3000 à 1,5 millions de mots que vous pouvez voir aujourd’hui, cependant. La moitié étaient des captures de X (généralement Rainbow Dash) tombant amoureux de Y (quiconque était votre partenaire rêvé pour Rainbow Dash). La pauvre Lauren Faust subissait un déluge constant de personnes quémandant la moindre information annexe sur les poneys, de leur poids à des détails comme… leur reproduction. Ouais, on était fous.

Et bien sûr, l’art. Il était aussi rempli de couples, et souvent dessiné par deux ou trois personnes, appelées « drawfags » sur 4chan, ou « drawfriends » dans les threads de poneys sur /co/, d’où le nom sur Equestria Daily.

The Best Night Ever fut finalement diffusé, couvrant le thème du Grand Gala du Galop qu’on voyait venir depuis 25 épisodes. La saison ne finit pas avec un méchant géant, ni même un épisode en deux parties. C’était sûrement le final le plus terre-à-terre mais touchant que j’aie vu jusqu’ici. Twilight Sparkle apprit sa leçon d’amitié habituelle, et l’épisode se termina sur un chanson qui resta gravée dans nos têtes pendant des mois. C’était comme la plupart de la saison 1. À part Party of One surprenant tout le monde avec la folie de Pinkie, MLP tendait à être très joyeux et droit dans ses histoires, mettant un point d’honneur à présenter ces personnages que nous finirions par aimer pour les années à venir.

La sensation rémanente de crainte concernant le hiatus à venir se fit sentir dans les différentes communautés de la jeune poneysphère, y compris à Equestria Daily. Serions-nous toujours là en automne, quand les épisodes reprendraient enfin ? Comment maintiendrions-nous notre intérêt sans nouveaux épisodes pour alimenter les travaux des fans ? Beaucoup d’entre nous maintenaient la morale principale de la série via des tonnes de nouvelles amitiés en ligne. À ce jour, je discute et joue encore régulièrement avec des gens que j’ai rencontrés sur ces threads sur /co/, pour ne pas dire que je les rencontre à différentes conventions dans tout le pays.

Mais c’est une autre histoire. Attendez-vous au premier grand hiatus et à la croissance du fandom qui s’ensuivit dans la deuxième partie !

Laisser un commentaire