[Musique] La CDthèque de Grif : L’automne éternel

cdtheque-grif

Merci encore à Aykoah pour le dessin !

Bonjour amis poneys ! Comme vous le savez, l’automne touche à sa fin et l’hiver commence déjà à se faire sentir dans l’air. C’est d’ailleurs pour moi l’une de mes périodes préférées de l’année. Mais nous ne sommes pas ici pour parler du temps qu’il fait, quoique… Car aujourd’hui, je vais vous parler d’un album aux couleurs automnales baignant dans la mélancolie et la beauté. Retrouvez donc cela après la coupure.

Le groupe qui va nous intéresser se nomme Panopticon. Il s’agit d’un one-man-band dirigé par Austin Lunn et venant des États-Unis (et plus précisément du Kentucky), qui officie dans le black metal folklorique et atmosphérique. Et… ah mais non ! Ne fuyez pas ! Ce n’est pas parce que c’est du black metal que vous allez avoir droit à de l’ultra-violence blasphématoire sur fond de satanisme. Ici, tout n’est que beauté et ode à la nature.

Alors voila, Autumn Eternal, sixième album de Panopticon (sans compter les splits réalisés avec d’autres groupes) sorti en 2015. L’album commence par un morceau instrumental, « Tamarack’s Gold Return », une piste jouée au banjo, au violon et à la guitare acoustique. L’ambiance se fait calme, apaisante et pleine d’émotion. On s’imagine facilement dans un campement perdu en pleine forêt, de nuit et installé auprès du feu. Dire que cette introduction est prenante serait un euphémisme.

Pourtant, elle n’est que le calme avant la tempête, le reste de l’album est un voyage tumultueux dans une nature aux teintes orangées. Malgré la violence apparente de l’œuvre, certains passages typiquement black metal (et purement jouissifs) étant d’une efficacité redoutable, c’est surtout l’émotion qui domine. Émotion véhiculée par le chant, lointain, rageur et sincère mais aussi par des mélodies jouées par des guitares aussi bien rageuses et véloces que lumineuses et porteuses d’espoir. Quant à la batterie, elle est juste monstrueuse, Austin Lunn fait preuve d’une maîtrise incroyable des fûts qui nous offre des moments de tumulte vraiment intenses.

Il n’y a aucun moment dans l’heure que dure l’album qui soit ennuyant. Chaque morceau, malgré sa durée (hormis l’introduction, le morceau le plus court dure 6:21) comporte son lot de moments mémorables. Que ce soit le final solennel d’« Into the North Woods », le break au violon absolument sublime de « Sleep to the Sound of the Waves Crashing », ou encore ce passage en chant clair sur « A Superior Lament », il y a toujours quelque chose qui rend chaque morceau unique.

Je ne peux pas vraiment vous parler des paroles de l’album, pour la simple et bonne raison qu’elles ne sont pas dans le petit livret ; à la place, on y trouve un mot d’Austin Lunn ainsi que des citations d’auteurs ayant influencé le bonhomme. Je vous laisse juger cette démarche comme vous le souhaitez (même si personnellement, j’étais au début un peu déçu de ne pas avoir droit aux paroles, mais après lecture de quelques interviews où Lunn justifie son choix, j’ai finalement accepté ce fait).

Je ne vous ai pas entièrement parlé de l’album pour la simple et bonne raison que je pourrais parler des heures de chaque morceau séparément, ce qui pourrait vite devenir lourd. Je pourrais par exemple vous parler du morceau final « The Wind’s Farewell » aux sonorités post-rock magnifiques ou bien de ce passage assez lent dans « Autumn Eternal » où le chant semble résonner entre les arbres. Non vraiment, cet album est riche, varié, doté d’un son excellent et bourré de talent. Je ne peux que vous conseiller de l’écouter au plus vite. Alors procurez-le-vous (de la manière que vous voulez, même si je pense que l’achat vaut vraiment le coup) et écoutez-le pendant une randonnée en forêt, ou bien allongé dans le noir et dans votre lit s’il n’y a pas de forêt de disponible, et appréciez. D’ailleurs, en plus des extraits YouTube, voici un lien vers le Bandcamp du groupe.

Voilà, ce nouvel article est à présent terminé, je pense que la prochaine CDthèque que je ferai portera sur un album brony (je ne sais pas encore lequel, mais je vais trouver). Donc on se retrouve pour un prochain article et n’hésitez pas à dire ce que vous pensez de la musique dans les commentaires !

Une réflexion au sujet de « [Musique] La CDthèque de Grif : L’automne éternel »

Laisser un commentaire