[Musique] La CDthèque de Grif : des poneys et du mélodeath

En discutant un peu avec des gens sur le Discord du site, certains m’avaient fait remarquer qu’ils ne voyaient pas l’intérêt de parler de musique non brony sur un site brony. Je ne fais pas cet article pour m’en justifier ou quoi que ce soit, mais c’est juste que je considère que la musique brony est juste une scène musicale précise faisant partie de la musique en général, du coup je me permets de sortir un peu de cette scène de temps en temps. Mais trêve de bavardage, aujourd’hui je vais parler d’un album brony sorti le 1er juin de cette année. Retrouvez ça après la coupure !

Si vous écoutez les albums des Ponies at Dawn ou si vous traînez du côté des bronies metalleux sur YouTube, vous connaissez probablement SDreamExplorerS. Ce dernier officie dans plusieurs styles musicaux, on trouve sur sa chaîne YouTube du post rock, du folk metal ou encore du power metal, mais son style principal, celui qui nous intéresse aujourd’hui, est le death metal mélodique.

 

Pour que vous situiez bien le genre, je vais faire rapidement un petit historique du death metal. Le death est un sous-genre du metal qui a émergé à la fin des années 80 avec la volonté de faire plus fort, plus rapide, plus lourd et plus violent que le thrash metal (qui est déjà un style qui envoie pas mal niveau violence), de cette volonté sortiront des groupes comme Death ou Possessed. C’est ensuite dans les années 90 que deux scènes se démarquent (et encore, là je reste assez vague parce que si on va dans les précisions, on va finir a causer de l’émergence du brutal death et du death prog) : la scène américaine qui privilégie une certaine technicité au profit de la lourdeur (Cannibal Corpse ou Obituary par exemple) et la scène suédoise qui, elle, privilégie une musique plus directe et forgeant leur son avec des pédales d’effet Böse HM-2 (on citera Entombed et Unleashed). Et de cette scène suédoise sortiront plusieurs groupes développant un autre death metal, un death plus accessible auquel on apporte de la mélodie. Vous l’aurez compris, le death mélodique est créé, dans les grands noms du genre on citera le père fondateur At the Gates, les deux légendes que sont In Flames et Dark Tranquility et on peut ajouter aussi Dissection même si ce dernier lorgne plus du côté du black mélodique que du death (même si le groupe a évacué la majorité de ses racines black dans son dernier album).

Maintenant que ce petit historique est fait, passons à l’album Erasing the Enigma de SDreamExplorerS.

Alors que dire sur cet album ? Déjà, si vous avez aimé les morceaux qui sont dans les liens plus haut, il y a de fortes chances que vous appréciez cet album, SDreamExplorerS ayant voulu rendre hommage à cette scène suédoise avec son album. On sent ainsi cette influence dans le riffing qui sait nous balancer quelques bonnes mélodies (« Ghosts » et « Enigma » sont celles qui m’ont le plus accroché) et on a même droit a quelque relents black (l’intro de « 12th Floor » ou « Weaver of Time »). Même le chant, principalement hurlé, sonne plus black metal que death.

 

Même si tous les morceaux de l’album sont de très bonne qualité, certains ressortent particulièrement du lot. Je pense notamment à la dernière partie de l’album, à partir du morceau « Ghosts » qui est vraiment catchy. Suivi par « The Weaver of Time », le morceau le plus violent de l’album où le chant est complètement déchaîné. Ensuite « Tower of Endlessness », qui marque par son intro narrée et son riffing à la Dissection (période Reinkaos). « Selena » qui dévoile la présence d’un chant clair féminin au timbre se rapprochant d’une Tarja Turunen. L’unique morceau instrumental, qui clôture l’album, « Curse of Atlantis Pegasus », se révele quant à lui vraiment bon tout en étant le morceau le plus long de l’album. Je passe sur l’outro « Erased » qui n’apporte pas grand-chose si ce n’est un final assez calme pour m’attaquer au morceau « bonus » qui est « Heaven and Hell ». Et bon sang… si vous voulez un truc qui vous rentre dans le crâne pour ne plus jamais en sortir, vous avez là un candidat prometteur. Bon en même temps, c’est une reprise d’’un morceau pop de la fin des années 80.  Je n’ai rien de plus à dire, c’est juste ultime.

Je vais terminer sur un petit point que je trouve important de souligner. Bien que l’album soit assumé totalement par SDreamExplorerS comme étant « a nice average smdm album » (un bon album de melodeath suédois « de base »), et qu’en plus certaines influences (surtout celle de Dissection) se ressentent fortement, la musique arrive à ne pas tomber dans le « worship » de base (on dit qu’un groupe est un groupe de worship quand il est tellement influencé par un autre groupe qu’il en devient plus une copie en moins bien de ce dernier qu’un groupe à l’identité forte) et a garder une personnalité qui lui est propre.

 

Ainsi se termine ma petite présentation, j’espère qu’elle vous a plu et que je vous ai fait découvrir un album et un musicien que vous appréciez maintenant. Sur ce, je vous dis bonne écoute et à un prochain article.

Laisser un commentaire