[Musique] Bilan : y’a eu quoi de bien qu’est sorti en 2017 ?

Bonjour à vous amis poneys ! En cette année 2017, à défaut d’avoir écrit beaucoup d’articles pour LPB, j’ai écouté énormément de musique, plus que de raison à vrai dire. Alors du coup, pour m’excuser du peu d’articles, je vais vous faire une grosse liste des trucs qui sont sortis cette année et que j’ai trouvé bien, excellent ou juste parfait. Allez, c’est parti !

L’année dernière, j’avais fait un top 10, mais cette année, j’en serais bien incapable (même si vous allez voir que certaines choses m’ont plus emballé que d’autre), du coup, tous les albums dont je vais parler seront en vrac et à l’heure où j’écris ces lignes je ne sais absolument pas combien il va y en avoir. Enfin bref, ce n’est pas grave, vous allez avoir de quoi vous remplir les esgourdes et c’est ce qui compte, non?

Galneryus – Ultimate Sacrifice

Vous voyez cette cover d’album ? Ces guerriers qui semblent sur le point de charger vers leur ultime bataille ? Eh bien c’est leur combat que nous conte cet album. Galneryus, c’est un groupe japonais qui officie dans du speed metal mélodique ultra épique. C’est simple, chaque morceau de l’album est un joyau plein d’epicness. Mention spéciale à la power ballade « Wherever you Are », hymne en puissance dont je vous mets au défi de ne pas chanter le refrain dès la première écoute.

Morrow – Fallow

Cet album est le plus récent de ce bilan, il est sorti le 25 décembre et il fait suite à l’album « Covenant of the Teeth » sorti l’année dernière, aussi bien musicalement que thématiquement. Car le concept de Morrow est de nous décrire un monde post-apocalyptique où l’homme a dû retourner à un mode de vie primitif et ce en jouant un crust punk assez sauvage et prenant entrecoupé de passages acoustiques. La grande force de cet album réside dans son atmosphère qui prend aux tripes et de faire mieux que Covenant of the Teeth qui séparait un peu trop les parties crust des parties accoustiques, alors que sur Fallow les deux sont incroyablement bien mélangés et on retrouve aussi des parties plus lentes qui renforcent l’ambiance. Donc voilà, c’est à écouter.

Dayum – Dark Souls

Je suis un gros fan des jeux Dark Souls (surtout le 1), alors en trainant sur TechnicalDeathMetal (un site que je vous recommande si vous chercher à découvrir des groupes de death metal) j’ai direct été attiré par cet album qui arbore une magnifique illustration de Manus et dont chaque morceau porte le nom d’un personnage ou d’un lieu du jeu. Et du coup ça donne quoi ? Du deathcore, un style que j’aime pas vraiment à cause de certains codes assez chiants du genre (les breakdowns qui servent a rien par exemple), mais qui là balance tout ce qu’il a. C’est assez violent sans tomber dans le ridicule, certains passages sont même complètement épiques (le refrain d’Artorias qui me fout des frissons à chaque écoute), on a droit à un bel étalage technique sans tomber dans la démonstration stérile et le chant est parfaitement en raccord avec la musique sans en faire des caisses. Mention spéciale pour les deux morceaux instrumentaux que sont Blighttown et Gwyn, des pépites d’ambiances.

Rings of Saturn – Ultu Ulla

Prenez un groupe de musiciens étant dans le turfu au niveau de la technique et de la maîtrise de leurs instruments, enfermez les dans une salle d’arcade avec des flippers qui font tingdingtingting et des bornes d’arcade qui font bipboopbip, sortez les juste au moment où ils deviennent fous, faites leur jouer du deathcore et vous avez Rings of Saturn. C’est très fun à écouter, ça part dans absolument tous les sens en enchaînant les mindfuck musicaux et il y a juste quelques moments plus conventionnels qui sont un peu bof mais pour le reste, c’est du fun à l’état pur.

Dzö-nga – The Sachem’s Tale

Dzö-nga, c’est un duo qui livre un black metal très accessible. Il y a très peu de passages vraiment black à 100 %, le reste du temps on a droit à des accompagnements très doux (piano, violon, chant féminin clair…) qui rendent la musique vraiment belle. Perso, j’aime beaucoup me laisser bercer par ce genre de musiques et The Sachem’s Tale est parfait pour ça.

 

Samael – Hegemony

Alors là, c’est pour moi le meilleur album sorti cette année. De base je suis un grand fan de Samael et même si l’album précédent, Lux Mundi, était un peu moyen, j’avais vraiment la hype pour Hegemony, surtout après avoir entendu les morceaux sortis en avance. Du coup, l’album est génial, c’est du metal indus ultra lourd, très martial et très efficace. J’adore le chant de Vorph qui a toujours autant de charisme et de puissance, et c’est encore mieux quand on voit les paroles de certaines musiques (je vous laisse une lyrics video en dessous pour que vous puissiez juger vu qu’il n’y a pas encore l’album en entier sur YouTube).

 

Blink-182 – California

Si vous avez connu la fin des années 90 et le début des années 2000, vous avez probablement entendu du punk rock (surtout que bon, entre MTV et les teen movies à la American Pie, on en entendait partout) et il se peut qu’aujourd’hui ce soit un genre qui est devenu complètement has-been (ou alors vous faites partie de ces gens que j’ai beaucoup vu sur internet qui clament haut et fort que ce style est la plus grande honte du punk). Figurez-vous alors que vous avez tort, le genre existe encore et quelques gros noms continuent encore de faire des choses (Sum 41 qui a sorti 13 voices l’année dernière, de même pour NOFX ou encore The Offspring qui a sorti son Days Go By en 2012) et en général (à part pour The Offspring) ce sont de bonne choses. Alors sur cet album, Blink-182 fait du Blink-182, cet album serait sorti en 2000, on y aurait vu que du feu, mais bon sang que c’est bien fait et que c’est fun ! Les morceaux sont directs, efficaces et on retrouve cet esprit adolescent typique du genre.

SDreamExplorerS – Erasing the Enigma

Bon celui-là je ne vais pas trop en parler, j’avais fait un article entier dessus. Mais si vous n’avez pas envie de cliquer sur le lien pour lire, sachez juste que c’est un excellent album de death mélodique qui rend hommage à la scène suédoise tout en ayant sa propre personnalité.

Feral – Forever Resonating in Blood

Voici un excellent album de black metal comme je les aime. On a ici un album qui sent bon la forêt avec des morceaux rapides, quelques bonnes mélodies dispersées un peu partout et des passages plus calmes joués à la guitare acoustique. J’aime aussi beaucoup le chant complètement arraché et les quelques voix claires qui ajoute de l’épique dans les morceaux.

Diablo Swing Orchestra – Pacifisticuffs

Diablo Swing Orchestra est probablement un des groupes actuels les plus intéressants du paysage metal avant-gardiste pour la simple raison qu’ils arrivent à faire des albums ultra originaux et complètement tarés tout en gardant une cohérence solide et une facilité d’écoute déconcertante. C’est bien simple, on trouve plein de style mélangés dans cette album (jazz, disco, country, metal…) et à aucun moment on se retrouve perdu, mieux encore, certains morceaux sont juste des tubes absolument monstrueux.

Grima – Tales of the Enchanted Woods

Et encore du black metal wééééééé (j’y peux rien, j’adore) ! Ici on a du très beau black atmosphérique qui nous fait voyager dans de beaux paysages enneigés. La musique est moins sauvage que ce que fait Feral un peu plus haut et on retrouve quelques instruments comme de l’accordéon ou de la harpe distillés par petites touches pour renforcer l’atmosphère enchanteresque de l’album.

Gross Reality – Escaping Gravity

Amis de musiques fonçant à deux cents à l’heure, vous allez adorer Gross Reality. C’est du thrash metal ultra mélodique avec une petite pointe de prog par moment et c’est juste un groupe de tueurs. Chaque morceau est ultra efficace et certains refrains risquent de bien vous rester en tête (je pense notamment à Zero Day, le meilleur morceau de l’album pour moi) et le chanteur a une de ces voix, c’est vraiment un truc incroyable.

Dragonforce – Reaching into Infinity

Dragonforce doit être un nom assez connu pour les joueurs de Guitar Hero (et aussi de Brutal Legend) vu qu’on retrouve deux morceaux du groupe dans deux des jeux de la licence (d’ailleurs Through the Fire and the Flames est réputé comme étant un des plus durs de tous les GH). Eh bien cet album est dans la continuité de ce que le groupe a fait auparavant, c’est-à-dire du power metal ultra rapide avec un aspect très over the top et épique. On note quand même quelques petites suprises comme un War qui lorgne vers le thrash avec une grosse moshpart en plein milieu ou The Edge of the World, long morceau qui privilégie le mid tempo à la rapidité. (Par contre, comme pour Samael, le full album n’est pas sur YouTube alors je ne mets qu’un morceau.)

Serenity in Murder – The Eclipse

Et pour le dernier album de cet article, je vais vous parler d’un groupe japonais que j’ai découvert la semaine dernière dans un article « les trucs que vous avez probablement loupés en 2017 » sur un webzine anglophone (AngryMetalGuy, que je conseille, c’est un site sympa). En vrai, il n’y aurait pas eu le Samael, The Eclipse aurait été mon album de l’année. C’est du mélodeath ultra épique avec plein d’orchestration. Ça va à fond dans son délire et ça enchaine les passages glorieux et flamboyants avec une rapidité déconcertante. En plus l’album s’enfile vraiment d’une traite, en une semaine, j’ai dû l’écouter au moins cinq fois (sans compter les fois où j’écoutais juste un ou deux morceaux) et j’en ai fait autant pour leur album précédant. (Bon désolé, là aussi on a droit qu’à un seul morceau.)

Et voilà, ce petit bilan de l’année est terminé, j’aurais aimé mettre d’autres albums, mais soit je n’ai pas encore eu le temps d’écouter ceux que je voulais soit je n’ai pas encore pu me faire un avis sur certains (par exemple, ça fait plusieurs mois que je l’écoute, mais Verity de Nokturnal Mortum, je n’arrive pas à savoir si c’est une déception ou un bon album qui souffre de la comparaison avec le chef d’oeuvre du groupe). Enfin bref, je vais vous épargner tous mes conflits internes et vous souhaiter une excellente année 2018, en espérant qu’elle soit pleine de bonnes musiques et de bonheur !

3 réflexions au sujet de « [Musique] Bilan : y’a eu quoi de bien qu’est sorti en 2017 ? »

    1. Grif Daraconis Auteur de l’article

      Je voue surtout ma vie à la musique, et je considère que ça peux aussi faire du bien de ne pas uniquement parler de poney sur un site brony, c’est cool de s’ouvrir à d’autres chose.

  1. Un fan de The Offspring insurgé

    Bonjour ! Merci pour cette dégustation musicale, ça permet de découvrir des nouvelles choses !
    Par contre je vais devoir saisir ma torche et ma fourche favorite et me révolter : ON N’INSULTE PAS THE OFFSPRING! JAMAIS! Canaillou va!
    Et longue vie au punk rock! (et pop punk, et ska punk, et…)
    Et bonne année o/

    Répondre

Laisser un commentaire