La radio, une chanson, un parallélisme avec nous, …

La musique nous emporte parfois bien au-delà de ce que nous pensons. Ce que vous lirez pourra peut être vous surprendre. Peut-être vous direz-vous « dafuq ? » ou je ne sais quel autre onomatopée par rapport au thème que je vais vous présenter. Peut être certains ne liront pas ce qui va suivre. Mais sachez que cet article est juste un parallélisme que mon esprit n’a pas pu s’empêcher de faire avec les bronies.

 

Bref, ce lien s’est effectué avec la chanson « La différence » de Lara Fabian alors que j’écoutais la radio… Suivez moi donc dans l’entremêlement du passé et du présent.

Pourquoi faire inconsciemment le lien me direz-vous si les thèmes ne sont pas les mêmes ? Tout simplement, la différence. Cette chose qui marque les esprits et appelle généralement des réactions différentes. Écoutez donc la musique et lisez ce qui suit … peut être, alors, vous me comprendrez.

Rien que le premier couplet résonne à l’oreille comme s’il était adressé aux bronies. En effet, les bronies sont différents en regardant My Little Pony et cela dérange certaines personnes peut être enfermés dans leur vie. C’est généralement quand quelques choses nous dérange que l’on va être regardé de côté. Ainsi, les bronies se voient catalogués, tous dans la même case : des gens bizarres généralement âgés regardant une série pour petites filles.
Les bronies se rassemblent autour de leur amour pour la série. Ainsi, nous embrassons notre état d’âme qu’est l’amour et la tolérance. Et malheureusement, cela nous met quelques fois en désaccord avec les gens trop bien pensants sur la normalité. Au contraire, nous rassemblons toutes les différences de la société actuelle.
Les mœurs de la société primeraient-elles d’abord ? Les bronies annoncent-ils un changement de ces mœurs ? Je ne peux répondre à ces deux questions. Je pense que c’est une chose à laquelle chacun doit réfléchir. Mais il est vrai que les bronies peuvent accepter plus facilement la différence.

Sans jamais parler, sans jamais crier, on s’accepte en silence. Nous pouvons être sur internet ou dans la réalité mais quand nous rencontrons un brony pour la première, c’est toujours un plaisir. Nous pouvons discuter sans voir passer les heures et se dire à bientôt. Après, bien évidemment, nous restons des hommes et des femmes et nos divergences peuvent entraîner des disputes … Mais nous essayons de ne pas mentir ni de changer d’avis car une confiance s’instaure entre nous surtout dans les conventions où chaque brony va vers l’autre sans crainte.
Pour en revenir sur les conflits après la joie, nous pourrions dire qu’en règle générale, la vérité sort de la bouche des bronies. Pourquoi me diriez-vous ? Tout simplement parce que nous regardons bien une série pour petite fille donc dans le fond nous avons gardé une âme d’enfant qui elle, insouciante, va vers la vérité … peut être sans l’atteindre mais elle tend vers une certaine vérité…
Si seulement les gens savaient, comme on se fout de leurs injures, nous préférons l’humour et la dérision face aux dires émiettés derrière notre dos.


Je me permets de prendre précisément deux phrases du couplet suivant qui m’ont frappé : »Leurs yeux ne s’éloigneront jamais par négligence. Ils se reconnaissent, s’apprivoisent. ». Je m’explique… J’ai l’impression que la majorité des bronies dès leur première rencontre IRL s’acceptent mutuellement sans problème et se reconnaissent comme des gens pouvant avoir le même esprit d’ouverture. Comme je l’ai expliqué plus haut, nous pouvons ainsi passer du temps ensemble sans voir défiler les minutes. Si nous détournons le regard de telle ou telle personne, c’est alors parce que nous avons une bonne raison.

Entre deux autres refrains, de Verlaine à Rimbaud quand on y pense, on tolère l’exceptionnelle différence. Mais ne sommes-nous pas exceptionnels ? Je vous le dit, la musique peut ainsi vous frapper sans que vous puissiez vous y attendre. A l’avenir, écoutez attentivement la musique et faites donc quelques rapprochements avec votre vie, vous verrez les surprises que vous trouverez.
Si Lara Fabian avait destiné cette chanson aux homosexuels, j’ai voulu, sous un autre angle, vous la dédier, chers bronies. Non pas du au cliché selon lequel les bronies seraient homosexuels mais parce que nos différences nous rendent plus forts.

Laisser un commentaire