La plume est prise… d’un pégase déçu

Pas d’épisode samedi, vous pouvez pas savoir l’état de déception dans lequel Loan et moi étions. Mais ça ne nous a pas empêché d’écrire un poème que vous pouvez retrouver de suite après la coupure.

Hasbro propose tant d’animations
Qu’il peut créer des déceptions
Et frustrer certains spctateurs
Qui d’autres séries sont amateurs
 
Et moi qui attend
Comme un flanc sans savoir que
Il n’y a rien
 
Non à la place de poney,
Des petits animaux !
Quels sont ces mots ?
Est-ce que je les connais ?
 
Et là, c’est le drame:
Pas d’épisode aujourd’hui
Celestia pourquoi?
 
My gosh, Luna, qu’a tu fais
Pour que nous méritions ça
Que de l’Inde à l’Alaska
Le rythme soit défait ?
 
Ah non pas Luna
Elle est en dehors de ça
Mais je crois que Tia…
 
Pourquoi pas elle ?
Qu’importe dans tous les cas
Je n’ai même pas eu un encas
A me mettre sous l’aile !
 
Eh! Pour moi aussi
C’est la cata! Les poney
Vont tous nous manquer
 
Comment vas-je occuper mon samedi ?
 Hein tu me le dis ?!
Plus qu’à patienter encore 7 jours
Pour un temps précieux mais court !
 
7 jours! C’est trop long !
Il me faut ma dose de suite
Les poneys, ma drogue
 
Alors je suppose une chose :
tu feras une overdose
A la fin de cette saison
Quand les poneys auront raison
Sur toutes les autres séries.
Avec deux épisodes, tu péris ?
 
Chaque jour je risque
L’overdose de poney
Mais ça vaut le coup
 
Cela met surtout un bon coup
Au coeur et aux yeux surtout
Car ça remplit de bonheur le cœur
Et gave les yeux de douceur
 
Oh que oui, et même
Baudelaire en sortirait
De son Spleen heureux
 
Pour réveiller les morts
Il faut ouvrir à la vie
Toutes nos envies
Sans remords
Alors je serai patient
Pour être le patient
D’un grand docteur :
Le samedi à l’heure !
 
Ce grand docteur Faust
Qui à jamais ne sera
Oubliée par nous
 
Univers qui nous
Émerveillera toujours
Pour nous évader
 
Des étoiles plein les yeux
nous nous envolons
Vers les cieux
Que nous observons
 
Afin d’aller vivre
La où nous vivrons vraiment
Avec harmonie
 
Et les six éléments seront réunis
En compagnie
De nos véritables amis
Dans une douce accalmie.
 

Laisser un commentaire