La plume est prise… de Celestia et de Luna

Vu que nous n’avons pas reçu de poèmes, chers lecteurs, nous n’avons pas pu vous faire « La plume est vôtre » jeudi de la semaine dernière, mais nous arrivons aujourd’hui avec deux poèmes autour du bannissement de Luna et ce qu’auraient pu ressentir les sœurs.

Source

Ah, et si vous ne comprenez pas le planning des poèmes, tout sera expliqué dans le second courrier des lecteurs samedi. Maintenant, place aux poèmes après la coupure.

 

 

Que malgré toutes les années
Il n’est en aucun cas damné.
 
Un beau jour, il explosera
Et en une étincelle, t’inondera
De tous ses bienfaits
Dont tu te pensais défait.
 
La lumière qui alors te brûlait
Sera un réconfort à jamais
Et la froideur de la nuit,
Une douceur qui te poursuit.
 
Les astres de la nuit et du jour,
Le Soleil et la Lune,
Entre monts et dunes,
Te veilleront tour à tour.
 
* * *
 
Je ne supporte pas l’éloignement.
Il est dans tous mes tourments
Lorsque tu trouves si loin…
Présence de moins en moins…
 
Comment puis-je supporter cela ?
Une douleur qui arrive jusque là
Pourrait en tuer plus d’un
Dans son propre chagrin.
 
Mais tu sus être fort
Pour continuer ton chemin
Et faire tant et tant d’effort
Pour voir ce lendemain.
 
Ne reste pas sur le passé.
Ne cherche pas à le ressasser.
Au contraire, avance petit à petit
Sans aucune contrepartie.
 
Un être qui est cher
Bien qu’éloigné à cette heure
Franchira la porte cochère
De ton humble demeure.
 
À bientôt pour d’autres poèmes, cher lecteur. 🙂

Laisser un commentaire