[Interview] L’illustrateur Tony Fleecs

Art-is-Magic-Cover

On vous avait parlé d’une interview de Tony Fleecs dans la preview d’Amazon de Art is Magic. On ne vous aura pas fait trop attendre car la voici !

Dites-nous votre nom, où vous vivez, et depuis combien de temps vous êtes artiste-illustrateur.

Je m’appelle Tony Fleecs, je vis au nord d’Hollywood, en Californie, et je suis un artiste illustrateur professionnel depuis neuf ans. J’ai toujours fait des bandes dessinées, cependant, aussitôt que j’ai pu travailler avec une imprimante, j’ai commencé à imprimer mes propres petits comics un peu stupides.

Comment avez-vous découvert les BD ?

Quand j’avais dix ans, le premier film Batman de Tim Burton est sortit, et les comics Batman étaient énormes. C’était la première fois que j’avais un recueil de comics d’un magasin, mais je n’arrivais pas à convaincre mes amis de me les acheter avec une certaine régularité. J’en achetais occasionnellement un lorsque j’en voyais un durant les deux années qui ont suivit. Puis, Marvel a publié X-Men #1 par Jim Lee et Chris Claremont. A ce moment-là, je leur allouaient de 3 dollars par semaine, j’étais complètement accro, et tout mon argent allait directement à la boutique de BD depuis.

Quand êtes-vous devenu un fan de My Little Pony ?

Quand j’étais enfant, mes petites sœurs avaient des Ponies et regardaient Ponies – je me souviens de ça. Je me souviens que j’adorais l’odeur du plastique dont ils étaient fait (est-ce dérangeant ?). Mes sœurs étaient, en vérité, plus sur les oiseaux Fairy Tails (aussi d’Hasbro), ils étaient comme les oiseaux de Mon Petit Poney. Je pense que si j’avais dessiné un comics sur Fairy Tails, mes sœurs auraient été bien plus impressionnées.

Je ne suis pas devenu un fan moi-même avant que je n’ai cet énorme travail sur les comics. C’est là que, réellement, je suis rentré dedans.

Quel est la meilleure partie d’être un artiste travaillant sur MLP ?

Ils sont super amusant à dessiner, et j’adore le fait que chacun d’eux aient une réalisation amusante, et une personnalité distincte. Mais ma partie favorite est juste de faire des comics que les petits enfants adorent. J’aime l’idée de dessiner la première BD d’un enfant. Quand un enfant vient à une convention avec un livre Mon Petit Poney, ça bat tout le reste, et tu peux te dire qu’ils ont été lu des millions de fois … c’est sans conteste le meilleur moment.

Pouvez-vous expliquer comment progresse votre art ? Comment alliez-vous une page et une histoire dans votre tête ?

La première chose que je fais est de lire un script en entier afin d’avoir une vue d’ensemble pour l’histoire. Ensuite, je le lis une deuxième fois et je dessine des petites pages de layouts dans les marges du script. Je décide quels panneaux sont les plus importants sur cette page – ces panneaux seront généralement les plus grands.

Puis je commence mes layouts avec des crayons – je fais cette partie digitalement, et c’est la partie du processus qui prend le plus de temps. Trouver la meilleure manière de transmettre une histoire visuellement, ou quel est la manière la plus sympathique de dessiner une scène en particulier, ça vient avec un nouveau langage corporel et de nouvelles expressions. Cette partie est comme un plan – c’est beaucoup de réflexion, de planification, et de référencement.

Ensuite j’imprime mes pages sur du papier 11″x17″ et j’encre les layouts. Je resserre aussi beaucoup dans cette étape – pour être sûr que mes petits croquis simplistes finissent par ressembler à ce à quoi les poneys doivent ressembler.

Après, je les scan de nouveau à l’ordinateur. Les pages intérieures sont envoyées à Heather Breckel qui colore toutes les BD Pony (elle peut faire quatre à cinq pages par jour !). Pour les couvertures, je les envoient à une amie, Laureen Perry, qui complète dans les jus pour moi (et pour Agnes Garbowska et parfois aussi Heather). Quand j’ai les jus de retour, je les met sur Photoshop et je colore toutes les lignes et j’ajoute les ombre et lumières, ainsi que les effets. Cette partie pourrait me prendre un temps infini, car je ne sais jamais quand m’arrêter. Leonard de Vinci disait, « L’Art n’est jamais finit, seulement abandonné ».

George Lucas le disait aussi.

Quel est le défi le plus difficile que vous rencontrez quand vous travaillez sur un comics, et Mon Petit Poney plus spécifiquement ?

La partie la plus difficile est probablement l’organisation. Dans un comics, vous n’avez pas de patron, vous avez juste un éditeur, et vos deadlines. Personne ne me dit quand aller au travail ou quand revenir, et même si je ne bosse que sur un seul projet à la fois, l’organisation est vraiment dure. Heureusement ma femme est fantastique avec ce genre de chose – elle me garde sur la bonne voie.

Sur Pony en particulier, dessiner les yeux de Fluttershy est le plus difficile. Ils sont vraiment spéciaux – vous devez comprendre quand ils sont exactement bons, ou quand ils sont juste mauvais.

Avez-vous un album préféré de MLP ? Lequel et pourquoi ?

Je les aiments tous ! J’aime « Nightmares Rarity » par Heather Nuhfer et Amy Mebberson. J’aime le jeune dyptique « Cadence and Shining Armor » de Katie Cook et Andy Price. J’aime à chaque fois que Jeremy Whitley et Brenda Hickey travaillent ensemble. Mes préférés cependant sont les livres de Christina Rice. Elle a écrit les deux meilleurs que j’ai jamais dessiné (Friends Forever #9 et Friendship is Magic #2) et a probablement écrit mon numéro préféré du comics MLP, MLP Friends Forever #18 avec les illustrations de Jay P. Fosgitt et Heather Breckel. Rainbow Dash et Fluttershy vivent un effondrement total – c’est absolument adorable.

Et enfin la question la plus importante de toutes : qui est votre poney préféré ?

C’est sans aucun doute Applejack. Nous sommes tous les deux de grandes familles. Nous travaillons tous les deux très dur. Tous les deux un poil sarcastiques et sceptiques. Son Element d’Harmonie est l’honnêteté – je suis absolument honnête. Vraiment, beaucoup trop honnête. Applejack, c’est certain.

Interview de Tony Fleecs, dans son recueil « My Little Pony, Art is Magic »

Une réflexion au sujet de « [Interview] L’illustrateur Tony Fleecs »

  1. lebronyreveur

    J’aime pour deux raisons. L’une parce que cet homme est l’un des dessinateur de BD le plus talentueux du fandom, et que au moins une fois on a vue une de ses couvertures de qualité.
    Et de deux parce que son poney préféré est AJ. Alors ouais, j’aime. 🙂
    Merci pour la traduc. 😉

    Répondre

Laisser un commentaire