[Fiction] Interview de LittleParrot

Bonjour à tous mes amis poneys, aujourd’hui j’ai décidé d’interviewer une fictionneuse particulièrement connue. Il s’agit de …. !

N’attendez pas la suite car vous le savez déjà !

Nouvelle image bitmap (2)

Pourriez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Je suis Lucie, 20 ans, étudiante en agronomie sur Toulouse. J’aime beaucoup les oiseaux, lire des romans de fantasy et traîner sur Internet. Je fais notamment du role-play depuis plusieurs années dans l’univers de mon auteur favori, Robin Hobb.

Quand et comment êtes-vous devenue brony ?

J’ai découvert MLP en octobre 2012 grâce à une amie de prépa. Les premiers épisodes ne m’ont pas trop passionnés, mais j’étais assez intriguée pour continuer… Après avoir regardé les deux saisons disponibles à l’époque, je me suis inscrite sur un forum francophone que j’avais trouvé via un sujet de fanarts.

D’où vous vient l’idée de votre pseudo ?

Justement, au moment de m’inscrire, je n’ai pas voulu utiliser un de mes pseudos habituels, mais un nouveau, un nom qui sonnerait comme ceux des poneys. J’ai rapidement cherché quelque chose qui évoquerait ma passion pour les oiseaux et j’ai trouvé « Little Parrot ».

D’où vous vient l’envie de faire des fictions ?

J’ai toujours aimé lire et écrire. Une fois dans le fandom, je me suis intéressée aux fanfictions et j’ai découvert que des concours d’écriture étaient organisés. J’ai décidé de participer et j’ai produit mon premier texte : « Les Malheurs de Sweetie ».

Sur quelle fiction avez-vous le plus travaillé ? Ce travail fut-il récompensé ?

Il s’agit de ma première fiction hors challenges, « Destinées », qui est actuellement en pause prolongée. C’est une histoire assez complexe à gérer, avec beaucoup de personnages inventés et un thème qui ne plaît pas vraiment aux bronies : une romance avec des OCs. Je ne la considère pourtant pas comme abandonnée et j’attends juste d’en avoir à nouveau envie pour continuer à l’écrire.

Où trouvez-vous l’inspiration pour vos fictions ?

La plupart de mes fictions sont pour des concours d’écriture, avec un thème imposé auquel je réfléchis jusqu’à trouver une idée qui me plaît. En dehors des challenges, j’ai parfois une scène qui me vient à l’esprit et qui me travaille jusqu’à ce que je décide de l’écrire ou que je l’oublie. Elles peuvent être inspirées par tout et n’importe quoi : un épisode, une discussion, un sujet sur un forum, etc.

Des artistes vous influencent-ils ?

Influencer, je ne sais pas, mais j’ai toujours été admirative de la capacité de certains à faire des phrases magnifiques, avec du vocabulaire et des tournures recherchées sans être lourds. Je pense notamment à Robin Hobb, encore elle. Parmi les auteurs bronies, j’apprécie particulièrement bookplayer, dont les textes sont toujours magiques, pleins de sentiments et d’humour.

D’où vous est venue l’idée de vous lancer dans les traductions ?

Je lisais beaucoup de fanfictions, dont des traductions, et c’est là que j’ai constaté que beaucoup de gens en faisaient sans avoir toujours un très bon niveau de français. J’ai donc cherché un court one-shot pour voir ce dont j’étais capable et je l’ai traduit dans l’après-midi : « La Bataille de Fort Book ».

Traduisez-vous les fictions que vous aimez ou que les lecteurs aiment ?

Je traduis les fictions que j’aime. Je n’ai jamais répondu à une requête de traduction, car ce sont des histoires très longues et que je ne suis pas sûre d’apprécier ; je préfère les choisir moi-même et avoir la certitude que je resterai motivée tout le long de la traduction.

D’où vous est venue l’idée de faire des partenariats ?

Mes partenariats en écriture correspondent à des challenges. Après avoir lu quelques-unes de mes participations, mon amie Akela, qui aime aussi écrire, a proposé qu’on concoure ensemble quand le sujet nous inspirerait. Et c’est ce qu’on a fait en écrivant « En sourdine » ainsi qu’un deuxième texte quelques semaines plus tard.

Concernant les traductions, ça s’est fait lors d’une discussion avec System à propos des textes qu’il avait déjà traduits. Tous nous semblaient un peu sujets à controverses, alors on a décidé de traduire quelque chose que tout le monde pourrait apprécier : « Diary of a Baker ».

En quoi consistent vos partenariats ?

Quand il s’agit d’écrire, on détaille ensemble une idée générale (ou approfondie) du scénario, puis l’une se lance et écrit quelques paragraphes. Ensuite, l’autre relit ces paragraphes puis prend le relais, etc. Il nous arrive aussi d’écrire en même temps.

Pour la traduction, on se met d’abord d’accord sur le texte, puis on se succède à la traduction suivant nos disponibilités. La relecture se fait généralement ensemble et, en tout cas on se met d’accord sur les formulations employées dans la version finale.

Vous entendez-vous bien avec vos partenaires ?

Bien sûr ! J’aurais du mal à travailler avec des personnes que je n’apprécie pas, déjà qu’avec les pinaillages excessifs, le rythme de travail parfois différent et les subtilités du scénario, ça crée forcément un peu de tension. J’ai la chance de faire ça avec des personnes proches de moi : mon copain pour la traduction et une amie de longue date pour l’écriture.

Quels logiciels utilisez-vous, Word, etc ?

J’ai découvert Google Docs avec la lecture de fanfictions et je me suis lancée sur ce support quand j’ai commencé à en écrire/traduire. Il est vraiment pratique, notamment pour modifier un texte à plusieurs en même temps. Quand je suis hors-ligne, je travaille sous Word voire OpenOffice.

Quels sont vos projets ?

Je suis relativement occupée en ce moment, mais j’ai toujours quelques projets en réserve. D’abord, je travaille sur la traduction d’une romance assez longue qui m’a particulièrement plu. Le premier chapitre est terminé, mais, vu mon rythme actuel, j’attends d’avoir un peu plus avancé pour le publier.

Au niveau des fictions, il y a toujours « Destinées » que je poursuivrai au gré de mon inspiration. J’ai aussi quelques idées de courtes fictions qui me trottent dans la tête, mais rien de vraiment concret pour l’instant. Enfin, je travaille sur une clopfic en collaboration avec Akela depuis un moment et elle ne devrait plus trop tarder à être terminée.

Que pensez-vous du fandom ?

On y trouve du bon comme du moins bon. D’un côté, la créativité, les liens qui se tissent, l’entraide, la solidarité ; de l’autre, la mercantilisation, les petites gué-guerres, l’élitisme… Je suppose que c’est normal dès qu’un fandom rassemble un certain nombre de personnes et j’essaie juste de me tenir éloignée de ce qui ne me plaît pas.

Quelle est la chose la plus merveilleuse dans le fandom pour vous ?

Je pourrais dire, et ça me concerne particulièrement, que ce sont les personnes que l’on rencontre, mais ce qui m’impressionne le plus est quand même tout ce qui se crée à partir d’un « simple » dessin animé. Autant de fictions, de dessins, de musiques, d’animations, … oui, c’est merveilleux.

Quel est votre poney préféré ?

Twilight Sparkle. Je me retrouve beaucoup en elle : les livres, les études, le caractère en général. Dans les premiers épisodes, elle m’agaçait beaucoup à cause de son aspect « rabat-joie », mais j’en suis venue à l’apprécier et finalement à la préférer, après un long moment.
 

Quels sont vos épisodes préférés et pourquoi ?

Je n’en ai aucune idée, je ne fais pas du tout de classement. Dans la dernière saison, je dirais quand même « Testing Testing 1, 2, 3 » qui met en scène un duo que j’adore, Twilight et Rainbow Dash, ou encore « For Whom the Sweetie Belle Toils » pour réussir à me faire trembler pour la pauvre Sweetie à chaque fois que je le regarde. Sinon, « Winter Wrap Up » a été le premier que j’ai vraiment apprécié dans la saison 1, et celui qui m’a fait définitivement accrocher.

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Beaucoup de bronies ont des idées de fictions plein la tête sans savoir comment les écrire, ce qui donne des textes très « amateur ». Je ne vais pas vous conseiller d’avaler un Bescherelle, mais simplement de lire quelques fictions avant de vous lancer pour vous faire une idée de ce qui se fait. Aussi, un bon relecteur peut vous sauver la mise et vous donner plein de conseils utiles !

Et voilà, c’est la fin de l’interview de LittleParrot, c’était DawnSparkle du Poney Blanc, à vous les studios !

2 réflexions au sujet de « [Fiction] Interview de LittleParrot »

  1. maldarach

    Éventuellement, sauriez-vous où, comment et à qui proposer des services en relecture (au niveau de l’orthographe) de Fictions sur MLP Fictions ou autre site (bien que je ne doute pas que chaque auteur le fait soi-même ou a une aide extérieure favorite)?

    Répondre
  2. Little Parrot

    Merci pour l’interview, c’est cool de voir qu’elle a été publiée ! Bon, après, ce que j’ai dit sur mes projets est plus terriblement d’actualité, il faut juste retenir que je ne suis pas très active en ce moment ^^’

    maldarach : le groupe « Relecture et entraide » de MLPFictions est là pour ça, en bleu sur la colonne de droite en page d’accueil 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire