[Critique] La comédie musicale Rainbow Rocks

mlp-musical-61

Je vous avais parlé récemment de la comédie musicale Rainbow Rocks et de ce que j’en pensais. Hé bien, il y a déjà les premiers retours grâce à la merveille qu’est Internet. Venez après la pause pour découvrir cela.

Je suis désolé mais la critique n’est pas faite pas moi ni par un membre du Poney Blanc… Nous n’avons malheureusement pas eu le budget pour envoyer quelqu’un en Asie du Sud-Est. Mais quelqu’un sur Twitter en a fait un résumé. La traduction vous est offerte par Vinz.

Je pense que tous ceux qui me connaissent savent à quel point j’aime Rainbow Rocks. J’ai vu le film à peu près 10 fois depuis sa sortie, et entendu les chansons au moins 400 fois, je sais, ça fait beaucoup. Vous ne pouvez pas imaginer ma joie quand j’ai appris l’existence d’une comédie musicale tirée du film, et quand j’ai su que je pourrais la voir à Singapour. Je ne pense pas qu’on ai inventé un mot pour décrire mon excitation et mon extase. Extastation ? Ça sonne bien.

Je voulais acheter un billet pour le spectacle du 25 novembre, mais malheureusement, les séances du 24 et 25 étaient annulées, ne me demandez pas pourquoi, peut-être n’ont-ils pas vendu assez de tickets. Peut-être y a-t-il eu un soucis avec les costumes. Quoi qu’il en soit, j’ai eu une conversation avec un employé de SISTIC (une entreprise de vente de tickets pour divers événements à Singapour) et le spectacle a été décalé au dimanche 27 novembre. Fort heureusement, cette fois, il n’y eut aucun problème particulier, l’heure est au spectacle !

Je ne vais pas en parler scène par scène, parce que ça prendrait des plombes, je parlerai juste des trucs que j’ai aimés ou pas dans la globalité du spectacle.

Le spectacle commença sur du lourd. La statue géante en forme de cheval était incroyable, et quand les Dazzlings sont entrées en scène, leurs costumes étaient géniaux. C’est vraiment un excellent point pour le show. S’il y a deux choses sur lesquelles ils ont assuré, ce sont les costumes et les accessoires, ces deux éléments représentaient bien le style de Rainbow Rocks par leurs designs. Ils ont contribué au rendu final et à l’atmosphère globale du spectacle.

Il y eu quelques difficultés dès le début du spectacle, le micro d’Aria ne fonctionnait pas (Heureusement que sa voix était assez forte pour résonner à travers toute la salle), et quand les Rainbooms entrèrent en scène, le couplet de Pinkie de la chanson « Rainbow Rocks » fut silencieux à cause d’un autre micro défectueux. Ces deux soucis furent corrigés dès la fin de la chanson, et rien d’autre de similaire n’eut lieu par la suite.

Sur scène, les actrices étaient vraiment dans leurs rôles, et chantaient exactement comme le feraient leurs personnages. La seule qui avait quelques soucis été l’actrice jouant Pinkie. Non pas qu’elle était une mauvaise Pinkie, loin de là, mais elle devait régulièrement alterner entre des répliques parlées et d’autre hurlées. Sa voix déraillait régulièrement.

Maintenant, les chansons. Plusieurs chansons avait quelques couplets de modifiés ou supplémentaires pour coller au mieux au scénario. Par exemple « Shake your tail ‘cause we’re here to have party tonight » a été modifié en « Shake your tail ‘cause Twilight’s going to meet us tonight » ou un truc du genre. Les changements variaient du meilleur (il y a plusieurs reprises de Better Than Ever  explorant le mal qu’a Sunset à s’intégrer dans le groupe d’amies) au moins bon (la modification de Shake Your Tail n’était pas vraiment nécessaire).

Il y a un des aspects sur lequel je dois m’attarder, l’harmonie des voix. Quand plusieurs filles chantaient en même temps, quelquefois, au moins l’une d’elles était en disharmonie avec les autres. C’était surtout flagrant dans Friendship Through the Ages quand l’une d’elles a chanté un peu trop haut. Le résultat a été que les autres ont voulu rattraper le coup en harmonisant leurs voix avec la première, mais elles ont chanté encore plus haut. Ça a continué jusqu’à ce qu’elles puissent reprendre leur souffle. Un autre moment où ça s’est mal passé, c’est à la toute fin de Friendship Through the Ages, lorsque les instruments s’arrêtent et qu’elles doivent chanter à l’unisson, ça ne s’est pas passé comme prévu. Ce n’est pas vraiment de la faute des comédiennes. En solo, elles chantent vraiment bien, mais à l’unisson et sur scène qui plus est, c’est une toute autre histoire. Ça devrait s’arranger après quelques répétitions. Le principal souci est qu’en général, quand l’une des comédiennes chantait trop haut ou trop bas, les autres la suivaient plutôt que de la laisser se corriger d’elle-même.

Autre chose d’intéressant, est que Luna et Celestia chantaient sur scène ! Par exemple, elles avaient quelques lignes dans Battle of the Bands, ou Under Our Spell. Les actrices qui jouent ces rôles chantent admirablement bien, et question danse, elle n’ont rien à envier à leurs collègues. En fait, les pas de danse de tous les acteurs étaient intéressants, énergiques, et impressionnants. Le chorégraphe a fait un travail exceptionnel.

L’histoire a été légèrement modifiée, mais les personnages restent les mêmes que dans le film, à l’exception d’Aria. Elle n’est plus un mix de Sonata pour son excentricité et d’Adagio pour son côté direct. Là, elle est exactement comme Sonata, un sidekick rigolo un peu stupide. Ça détruit le personnage dans la mesure où elle n’a plus de répartie. Un exemple concret, à un moment, Adagio appelle ses comparses « les deux sottes ». Ce à quoi Sonata demande « Qu’est-ce qu’une sotte ? » et Aria lui répond qu’elle ne sait pas non plus, alors qu’elle aurait pu répondre « Regarde dans un miroir, Sonata. » Ça aurait encore mieux marché.

Au milieu de la pièce, il y eu un rapide passage à Equestria. C’est la partie que je craignais le plus, mais j’ai été agréablement surpris là encore. Les costumes de poneys étaient les meilleurs que j’aie pu voir jusqu’à ce jour. Toutes les crinières étaient faites sans erreur, à l’exception de celle de Rainbow Dash, dont les couleurs étaient dans le mauvais ordre, et les yeux étaient assez expressifs. Mon ami et moi étions abasourdi par la qualité des costumes, surtout vis-à-vis du temps d’apparition sur scène : à peine cinq minutes sur les deux heures que comptent le spectacle. Après cette courte scène, Twilight arriva à CHS en humaine et rejoignit les Mane 5 accompagnées de Sunset.

Je pense que le moment est venu de parler de ce que j’ai préféré sur scène : Sunset Shimmer. Sunset a un rôle bien plus important cette fois. Les sirènes sont attirées vers l’école, non pas par l’arc-en-ciel géant de la fin d’Equestria Girls premier du nom, mais par toute la négativité que les étudiants ont envers Sunset. D’autant plus que même les Rainbooms n’acceptent pas Sunset dans leur groupe comme on peut le voir dans le film. Elles la mettent de côté, même quand Twilight arrive. Ce n’est pas tout, on la voit régulièrement se faire agresser verbalement par divers étudiants, et les sirènes essayent de la faire passer de leur côté. C’était une excellente idée, et très bien amenée qui plus est. Le message passé est le même quand dans le film, mais étant donné que le spectacle est centré sur le personnage de Sunset, on éprouve davantage d’empathie pour elle, et on comprend mieux comment son passé l’affecte. Vient alors la chanson My Past Is Not Today, qui est ma favorite du show, de par l’émotion apportée, et surtout à la voix incroyable de Abbie Chambers. J’en ai eu des frissons dans le dos tant la manière de l’intégrer à l’histoire de Rainbow Rocks dut être un casse-tête.

Lorsque Sunset ruine Awesome as I Wanna Be, l’effet domino des accidents est joué au ralenti, ce qui renforce l’effet comique de la scène. Alors que les personnages se séparent, on a le droit au même dialogue quand dans le film, lorsque les Rainbooms se rendent compte qu’elles ont besoin de Sunset afin de contrer le sort des sirènes.

Finalement eut lieu la dernière bataille. Bien qu’aucun spectacle ne puisse remplacer la scène originale, le battle fut joué avec brio. En lieu et place des sirènes géantes et des instruments, on a eu droit à différents solos des Rainbooms, qui mit fin du running gag de Fluttershy qui ne voulait pas faire de solo de tambourin (running gag qui remplaçait celui de la chanson qu’elle a écrite et que Rainbow ne voulait pas jouer) Enfin, Sunset arriva sur scène et fut la cause de nouveaux frissons par sa voix.

Le spectacle prit fin sur une chanson surprise ! Right There in Front of Me, de Friendship Games. Les actrices chantèrent ça après la défaite des sirènes, et c’est sûrement leur meilleure prestation de groupe sur scène. Après quoi, Twilight retourna en Equestria, le spectacle prit fin sur la chanson Shine Like Rainbows, les actrices sur scène encourageaient les enfants à danser en faisant des pas simples. On a eu droit à un petit rappel, puis c’était fini. Malheureusement, nous n’avions pas eu droit à la chanson Helping Twilight Win the Crown comme je l’aurais espéré, mais ça peut se comprendre, le staff a d’autres spectacles à préparer, et ils doivent tous être épuisés après une telle prestation. J’espère qu’ils seront félicités comme il se doit à chaque fois.

Alors, est-ce que j’ai aimé le spectacle ? Oui, je l’ai adoré. Il est vraiment fidèle au film, il comprend toutes les chansons, certaines de Friendship Games, des reprises, etc. en ajoutant quelques changements à chaque fois, qui améliorent la qualité de l’histoire. Il y a eu quelques problèmes, mais rien de dramatique ou qui pourrait nuire à la qualité du spectacle. Il y a des moments sérieux quand il le faut, mais qui ne s’éternisent pas afin de ne pas rendre le tout trop sombre ou trop long. Le plus important est que les enfants aient aimé. Ils sautaient et chantaient avec un énorme sourire, je n’en ai pas entendu un seul pleurer pendant la représentation.

Le meilleur dans tout ça ? Les parents chantaient et applaudissaient aussi. Pas juste par simple esprit de participation, ils ont clairement apprécié ce qu’il ont vu. C’est un exploit dont l’équipe peut être fière.

J’espère que cela vous a donné envie de voir la comédie musicale si elle passe en Europe. En attendant, survivez bien au hiatus.

Cette entrée a été publiée dans Analyses, Equestria Girls, Equestria Girls 2, Infos, Réflexions, et marquée avec , , , , le par .

À propos Doktor

Doktor est un fan de Doctor Who et de dessins animés en tout genre et peut entretenir des très longues discussions sur des sujets allant de l’évolution du flipper à la côte des mangas rares en passant par d’autres billevesées.

Doktor se promène en région parisienne et se trouve normalement à toutes conventions dans des cosplays aussi improbables que ridicules.

Doktor est à moitié fou, à moitié chaotique et à moitié inoffensif et est normalement étudiant quand il n’est pas rédacteur.

Attention, consulter un psychiatre avant d’utiliser Doktor. Les effets secondaires possibles de Doktor sont la nausée, la rupture d’anévrisme, l’addiction, le cancer de la flèche, l’alcoolisme, la fascination plus ou moindre morbide, l’envie de manger des gâteaux et une certaine tendance à se mettre à réfléchir aux problèmes de la vie.

Une réflexion au sujet de « [Critique] La comédie musicale Rainbow Rocks »

Laisser un commentaire