[Convention] 2016, année de la dernière BUCK

bannière buck

L’équipe de la BUCK a décidé que la BUCK 2016 serait la dernière. Mais pourquoi ?

Faire une convention, c’est extrêmement dur et épuisant, et ça coûte énormément d’argent. Argent qui est remboursé par le prix des tickets et différents crowdfundings. Mais voilà, l’équipe de la BUCK est épuisée et certains ont de trop grands projets pour pouvoir continuer, alors le président de la convention a décidé que ce serait la dernière. Mais soyez en sûrs, cette dernière BUCK va être encore plus géniale que les autres puisque l’équipe va faire en sorte qu’elle soit inoubliable.

Voici donc la lettre du président sur le sujet, traduite par Vinz.


Salut à tous, ceci est un message pour vous donner quelques infos plutôt importantes. C’est le cœur lourd que BUCK Events a déclaré que la BUCK 2016 sera la dernière convention brony/cartoons que nous ferons.

Une fois la BUCK 2016 terminée, nous nous tournerons tous vers d’autres projets. Au lieu de voir la BUCK sombrer peu à peu pour finalement disparaître, nous décidons de tous nous en aller. Nous avons de grands projets. Ce n’est pas un abandon de navire, c’est un « On se casse d’ici avant que ce ne soit trop tard ! ».

Ça, c’était la version courte, voici la version longue. BUCK est lancée depuis 2012. Ça a commencé par un grand rassemblement qui s’est transformé en petite convention à Manchester. Le fandom grandissait, et la demande était énorme.

En 2013, nous sommes revenus avec l’idée de faire quelque chose de plus gros et de mieux afin de satisfaire la demande, bien que ce soit beaucoup de travail, nous avons pu gérer la transition jusqu’à pratiquement 1200 participants. Nous avons aussi lancé la Summer Sun Celebration, un concert qui ramenait pratiquement autant de monde que d’autres événements similaires aux nôtres, mais bien plus importants. En changeant d’endroit de convention, on a vite découvert que les salles de convention britanniques n’étaient pas à la hauteur des conventions américaines. À chaque fois, les prix étaient trop élevés, les locateurs attendaient de nous que nous ayons de grands sponsors derrière nous, ainsi que des centaines d’exposants payant à prix fort leur table, mais nous faisons une convention, pas une exposition, un petit évènement privé, et ce sont les participants qui payent pour que cet événement voie le jour.

Ce modèle économique est vraiment aléatoire. Nous nous demandons en permanence si nous devons réduire, ou couper telle ou telle dépense. Mais ce qui rend la BUCK si spéciale, c’est que c’est un événement explosif. Vous pouvez aller à une petite convention, et passer du bon temps, écouter de la bonne musique – mais à la BUCK, nous voulons vous donner de l’inédit. Nous voulons un concert du genre de ceux des plus grands groupes où tout est hors de contrôle. Et nous pouvons vous le faire vivre.

J’ai demandé à des gens qui allaient à d’autres conventions de ce style ce qu’ils pensaient de celle-ci, la réponse a toujours été la même « La BUCK est géniale ! C’est complètement différent des autres… ». Et depuis ce moment, nous essayons toujours de faire ce que vous vouliez. Mais ça coûte cher, ça prend beaucoup de temps, et c’est extrêmement fatigant.

En 2014, nous avons fait notre convention la plus fructueuse. Ça s’est passé pratiquement sans un accroc, on s’est tous dit « Voilà, on a la recette, on a juste à ajuster les mesures, et on est bons… ». On a travaillé dur, mais on savait que ça allait payer et que l’événement suivant serait un jeu d’enfant.

Mais l’équipe était fatiguée, la plupart d’entre nous vivions la BUCK depuis deux ans, d’autres encore s’étaient investis lors de la première édition, en 2012, et étaient à leur troisième année. Nous avons décidé de ne rien faire en 2015 pour rependre des forces et s’assurer que les conventions n’étaient pas passées de mode.

Et nous voilà en 2016. Bien que l’on ait eu la période de préparation la plus longue depuis le lancement de la BUCK, c’était épuisant. Bien que l’on ait testé différentes « recettes », nous avons dû faire face à différents problèmes inattendus : certaines personnes pensent qu’ils n’ont pas à nous aider, ou disent que ça ne sera pas différent de l’édition de 2014, ainsi que l’engagement des bénévoles qui laisse parfois à désirer.

On dirait que l’on recommence ça pour la première fois à nouveau.

Ce ressenti a été reflété lors de la vente de tickets, ainsi qu’au moment de des invitation des guests. Ça nous a laissé un goût amer dans la bouche : l’engouement pour les conventions comme la BUCK n’est plus le même qu’autrefois.

Nous pouvons faire un truc plus petit. Nous pouvons couper les budgets. Nous pouvons faire beaucoup de choses, mais toutes ces choses nous laisseront faire quelque chose qui ne ressemblera pas à la BUCK, et ce n’est pas ce qui nous intéresse.

Maintenant que je me suis déchargé d’un poids, laissez-moi clarifier les choses. On s’est démenés pour cette édition de la BUCK, mais en dépit de ce qui a été dit plus haut, nous avons réalisé quelque chose de génial. Nous sommes en train de finaliser tout ça, en nous disant « Ouais, ça va tout déchirer ! ».

Il y aura de nouveaux panels, de nouveaux musiciens et invités, de nouveaux ateliers et événements interactifs.

Ce n’est pas la fin de BUCK Events en tant qu’entreprise. Nous avons d’autres évènements à vous préparer, qui arriveront plus tard cette année, mais ils n’ont aucun rapport avec le fandom brony. Nous avons besoin d’aller vers quelque chose de plus durable, et qui n’obligera pas notre équipe à faire deux boulots à plein temps.

En plus de ces évènements, nous allons aussi en faire de plus petits, comme la BUCK LDN, qui a rencontré un franc succès, et qui prouve que les meet-up de moyenne envergure sont toujours de la partie.

Alors pourquoi rater ça ? Ceci est notre dernière chance de vivre la BUCK. C’est aussi notre dernière chance de la parcourir. Alors, on va faire en sorte qu’elle déchire tout. On compte partir sur une note positive, quelque chose qui dit « Vous auriez dû être là… Je ne pense pas qu’il y aura un jour quelque chose de ce genre. ».

Graham / Nethesem

Président de la BUCK.

Laisser un commentaire