[Article] Les “Bronies”: ces fans (pubères) de “My Little Pony” qui fantasment sur des poneys animés.

OU LA VIDÉO QUI EXASPÈRE…

Bien le bonjour ! J’espère que vous allez bien et que vous êtes de bonne humeur, même si cela ne risque pas de durer.
En effet, il y a de cela quelques jours, le site internet du journal Les Inrockuptibles, plus communément appelé Les Inrocks a publié une vidéo provenant du talk show culturel Le Club où tout le monde se réunit autour d’une table pour discuter de l’actualité cinéma, internet, musique et j’en passe. Cette présente vidéo fut tournée aux BronyDays (la première convention d’envergure organisé en France sous le label EuroBronies) et a été publiée le 20 novembre 2013.
Et là, c’est le drame, nous avons trouvé pire que la chronique de CCVB (qui, je vous le rappelle est positif dans son ensemble). Intéressé ? La suite de cet article, donc j’espère ne pas être subjectif se trouve après la séparation. 

Avant toute chose, je vous laisse visionner le reportage en question réalisé par Julie

I – TOUT VA RELATIVEMENT BIEN… 

Mesdames, messieurs, respirer un grand coup, vous êtes médusé après ce que vous venez de voir ? C’est tout à fait normal, beaucoup de bronies ont été stupéfait de se manger autant de jolies clichés en six minutes et quarante-sept secondes. Mais avant de sortir le fusil, tentons d’analyser un peu cette vidéo.
Nous commençons tout d’abord avec quelques explications  de ce qu’est un brony ainsi que de My Little Pony : Friendship is Magic. Rien de très approfondi, mais les explications ont le mérite d’être là et ça c’est un bon point. S’ensuit des interviews d’un panel de bronies expliquant comment ils ont découvert la série, comment ils sont tombés dans cette déviance (oui, j’utilise ce mot, vous aller comprendre par la suite). On continue avec la suite des interviews avec la réponse à la fameuse question « Pourquoi My Little Pony ?
Alors, on fait une première pause. Pour l’instant, il n’y a pas grand-chose à en redire, les interviews sont sympathiques, on a une vue objective de la part de la journaliste, le seul défaut que l’on peut trouver est le listing des activités, je cite : « On se retrouve, on joue à des jeux de rôles, on fait des gâteaux et même du karaoké. » Mais où sont passés les différents panels tels que les échanges entre les créateurs de contenus comme Jan Animations, Eile Monty, etc. ? Où sont passés les échanges entre le public et ceux qui donnent vie à la série ? L’enchère (Charity)  au profit de l’association “Les Petits Princes” ? Bref, vous l’aurez compris, rien à ce sujet.
Fluttershy est si triste !
Et voici l’un des premiers passages qui fâche, le premier avis de Julie :
« Tous ont l’air hyper-sensible et presques normaux » – Tiens donc ? Apparemment, nous sommes anormaux et ultra-sensible. 
Bref, peut-être anormaux au vu de la société (et encore, plus exactement par rapport à la société française) en raison de notre passion, de notre état d’esprit et encore, j’exagère. Y a-il un mal à garder une part d’enfance en nous quand-on voit tous les maux de notre société ? Sincèrement, je ne le pense pas.
« C’est comme un truc de mec qui a caché très longtemps son homosexualité et qui finalement ici peut l’assumer avec ses potes, mais que lundi une fois rentré au boulot, il remet son costume de garçon bien sous tous rapport. » 
Alors bronies et pegasisters, Julie ne remet pas en cause votre orientation sexuelle. Cependant, il faut l’admette, cette comparaison est de très mauvais goût. Tout le monde n’assume pas d’être un brony, la plupart du temps à cause de la peur de l’avis des autres mais il faut aussi préciser que la plupart des bronies ne ressentent pas le besoin de l’afficher ouvertement; mais dans une grande majorité des cas ces derniers l’ont affirmé publiquement. Comme le montre la statistique suivante, extrait du Herd Census 2012 sur un panel de 9015 personnes. 
Source :  Herd Census

II – BIDONS D’ESSENCE, ALLUMETTES… QUI N’A PAS SON BRIQUET ? 

Et c’est à partir de 03:15 seulement que cela tourne au vinaigre avec la question « Dites les bronies, c’est quoi votre relation avec les ponettes ? » Et là… certaines réponses de ceux interviewés sont un poil bancales ou plutôt de façon à être sujet à une autre interprétation. 
Et c’est là que je remercie Otak (à partir de 04:48) qui monte sur ses grands chevaux et qui défend avec passion les bronies, ce dernier souligne de façon juste que tous les fandoms ont une production de médias adultes (art, histoires…) et évidemment, My Little Pony n’échappe pas à la règle.
A cela, je me dois d’extraire un passage de l’article publié par le site Focus on Animation :
Selon Venetia Robertson, assistante-chercheuse et future doctorante en Religions à l’Université de Sydney, l’anthropomorphisme des poneys, ajouté à leur design très mignon et le fait qu’ils soient majoritairement des personnages féminins, crée une attitude paternelle chez les fans.
Et nous arrivons au passage qui provoque un scandale :
« Les bronies acceptent même les plus déviants d’entres eux, avec l’excuse un peu bancal qu’un écran d’ordinateur autorise tout, et même n’importe quoi. En off, on nous dit d’ailleurs que 80% d’entres eux seraient cloppers »


J’ai repassé ce passage deux fois pour être sûr d’avoir bien entendu. Alors pour commencer, merci de nous avoir sorti un chiffre « chapeau » et si ce n’est pas le cas, le brony ayant dit cette bêtise peut retourner sous sa couette. De plus, le fandom accepte tous les bronies quelle que soit leur orientation/penchant sexuelle car dans une grande majorité des cas, ce n’est qu’une information à laquelle nous y accordons un intérêt limité tout simplement. Un brony n’est pas un zoophile non plus. Concernant la production d’oeuvres adultes, le fandom My Little Pony est l’un des plus actifs au monde donc il est normal d’avoir plus de productions adultes que dans les autres fandoms, idem concernant ceux qui consomment ce type de contenus.
Source : Survey of the Brony Subculture (2012)
Voici donc le fameux pourcentage de bronies attirés par ces fameux poneys… on est bien loin des 80% de cloppers annoncés ! Il faut aussi savoir que 3602 personnes ont répondu au questionnaire pour compiler ses données dans le « Survey of the Brony Subculture ».
Pour rappel, la pornographie sur le net représente 1/3 du trafic mondial alors que le clopping représente moins de 15% du fandom My Little Pony.
Petit plus, l’orientation sexuelle des bronies en 2013 (sachant que 21 637 personnes ont répondu au questionnaire pour compiler ses données)  :
Source : Herd Census (2013)

III – CONCLUSION 

Que pouvons-nous retenir de cela ? La balance penche plutôt vers un opinion négatif. Plus de la moitié de la vidéo est consacrée à la relation entre les bronies et les poneys donc l’ensemble a été franchement mal tourné. La convention (BronyDays) a tout simplement été passée à la trappe, idem concernant les créations du fandom ainsi que la série en elle-même. De plus, étant présent à cette convention en tant que presse avec Arthy Chaud et Slimstyle (sans oublier l’équipe de Radio Brony et celle de My Little Podcast – Frenchy is Magic), nous n’avons eu aucun échange avec la personne envoyée par Le Club.
On peut en rajouter une couche avec ceci :
Source : Les Inrocks
Que ce soit un membre de Les Inrocks ou du Club qui a écrit cela, il est prouvé que dès le départ cette vidéo est le résultat d’un avis subjectif avec l’objectif de démonter que les bronies sont des déviants. Vous pouvez donc appliquer le « Love & Tolerate » et simplement ne pas répondre à cette provocation.
Par contre, j’invite l’équipe de « Le Club » à prendre contact avec nous-mêmes ou avec Radio Brony pour en apprendre plus sur le fandom My Little Pony : Friendship is Magic et ainsi ne plus publié de vidéos / articles qui pourraient être considérés comme diffamatoires envers les bronies.

Une réflexion au sujet de « [Article] Les “Bronies”: ces fans (pubères) de “My Little Pony” qui fantasment sur des poneys animés. »

Laisser un commentaire