[Article] Grayson… une situation particulière – le retour

Tout à l’heure, je vous avait donné quelques infos concenant Grayson Bruce. En recherchant un peu, j’ai trouvé deux articles très intéressant de « The Christian Science Monitor » que j’ai tenté de traduire pour vous.

– Where do bullies come from? Questions raised by ‘Brony’ battles par Lisa Suhay


Grayson Bruce, un ‘Brony’ intimidé : Les adultes enseignent-ils un comportement de persécution ?

Grayson Bruce a été victime d’intimidation pour son sac à dos « My Little Pony », seuleement pour se faire dire par son école de le laisser à la maison pour éviter de déclencher des attaques d’intimidation. La réponse de l’école soulève la question : jusqu’à où la réponse des adultes inspire les enfants à provoquer ?

Lorsque le directeur d’une école de Caroline du Nord a tenté une solution rapide pour stopper l’intimidation en disant à la mère de Bruce Grayson, 9 ans, de laisser son sac « My Little Pony » à la maison pour éviter d’être « un déclencheur pour l’intimidation », il a ouvert un grand besoin de discussion sur la façon dont notre culture peut être une source d’intimidation dans les écoles.

Le résultat a été à la fois une vague de soutien pour l’enfant victime d’intimidation , y compris des milliers de supporteurs qui ont signé une pétition Change.org pour lui permettre d’apporter le sac à dos poney et une page Facebook créée en soutien de Grayson, qui avait près de 14 000 « likes ». Même le présentateur Glenn Beck a mis un jouet  » My Little Pony  » à l’antenne pour montrer son soutien à la détresse de Grayson .

Glenn Beck

Dans une déclaration faite à la presse par l’école primaire de Candler à Ashville, NC, le sac de Grayson a dit avoir « créé une perturbation dans la salle de classe. »

La mère de Grayson, Noreen Bruce, était furieuse à l’idée de demander à son fils d’être infidèle à lui-même et sa personne afin d’ éviter d’être physiquement et verbalement ciblée par les intimidateurs à l’école .

Grayson déclara aux nouvelles de la télévision locale, WLOS -TV, que les enfants sont allés un peu trop loin avec lui en le pinçant, le poussant par terre, l’insulter, des choses qui ne devrait vraiment pas arriver.

Tout cela pour une série animée de Hasbro  avec quelques poneys féminisées, pégases, licornes et dont la mission que dans la vie est de répandre l’unité dans la communauté par l’amitié, l’amour, la compréhension et la coopération.

Selon le directeur intérimaire des communications des écoles du comté de Buncombe, Jason Rhodes, à qui j’ai parlé par téléphone, leur système scolaire a généralement un meilleur contrôle sur l’intimidation que l’a démontré « cet incident isolé. »

Dans un autre entretien téléphonique ce matin, le directeur des services aux étudiants du comté de Buncombe, David Thompson, a expliqué qu’il considère l’intimidation comme le résultat de préjugés culturels omniprésents chez les adultes .

 » Tout d’abord, nous reconnaissons que cette [intimidation] n’est pas seulement un problème de l’école, mais un problème culturel très grave pour les adultes aussi », dit M. Thompson .  » Les enfants voient par le biais de l’humour des comédiens, de la politique, et tout s’infiltre dans leur conscience et cela se reflète dans nos écoles sous la forme d’intimidation. »

« Les adultes vont souvent faire des blagues et utiliser le sarcasme autour des enfants . Pour beaucoup d’enfants qui sont très littérales, ils le prennent à cœur. Les adultes peuvent même pas se rendre compte de la partialité qu’ils inculquent », dit Thompson .

Dans une conversation sur Facebook ce matin, Mme Bruce a réagi à la déclaration de Thompson en écrivant , « Hmm , ainsi si quelque chose de bon vient de cette situation, je l’espère, il obtient les parents à parler à leurs enfants au sujet de l’intimidation et qu’il n’est jamais bon . Aussi , qu’ils [ les parents ] ne parler à leurs enfants eux-mêmes et les autres embrassant ! « 

Pour la petite histoire, Thompson dit que l’approche du district se décline en trois parties : travailler avec les tyrans à modifier leur comportement ; travailler avec les passants pour leur apprendre que, dans les mots Thompson,  » Nous ne permettons pas que ce genre de chose arrive à d’autres » et aider l’élève victime d’intimidation à comprendre qu’ils n’ont rien fait pour mériter d’être ciblée et aider l’enfant à construire la confiance et de trouver une réponse appropriée et efficace à l’intimidation.

Franchement, le princial de Candler, Steve Chandler, n’a pas répondu à la manière décrite par les écoles du comté de Buncombe, il peut avoir fait ce que beaucoup de parents font instinctivement , en conseillant ceux qui sont victimes d’intimidation à résoudre le problème en essayant de rester dans les normes.

Je considérais cette option l’année dernière quand mon fils Quin, 9 ans, était et tourmenté par les intimidateurs à l’école après avoir dit à une jeune fille que, lui aussi, aimais « My Little Pony »

Au lieu d’aller dans le déni , nous sommes allés la voix de la discution de Rener Gracie du Programme Bullyproof Gracie. Le programme est tiré à partir du programme Gracie Jiu Jitsu Combatives, enseignant aux adultes l’auto-défense.

Quin a travaillé à travers l’approche des Trois T appris à Norfolk Karaté Académie ici à Norfolk, en Virginie : parlez-en à un adulte de confiance sur le problème ; dire à quelqu’un en position d’autorité, et aborder la question verbalement tout d’abord et physiquement uniquement en dernier recours pour la préservation physique via un Gracie jiu jitsu « hug » pour tenir jusqu’à l’arrivée des secours .

Malheureusement , nous étions un an trop tôt pour mettre la main sur la nouvelle méthode de Gracie introduit l’été dernier, qui inclut le travail avec l’agresseur pour changer les choses.

Toutefois , je recommande la vidéo gratuite Gracie sur le travail avec les agresseurs pour toute personne qui a un enfant qui intimide les autres, ou est victime d’intimidation .[…]

Voici la lettre de Quin, avec une ou deux corrections orthographiques par maman :

Cher Grayson ,
j’ai ressenti la même douleur en 3ème grade et maintenant j’aime toujours la série My Little Pony : Friendship is Magic .
Tu dois savoir que tout le monde a un côté doux en lui. C’est OK de le montrer.
Cette fille a compris que j’aime la série et a dit à ses amis dont l’une d’elle était ma fille préférée à l’école. Ma vie a été un cauchemar après cela.
Ma façon pourrait ne pas fonctionner pour vous.
Vous pourriez modifier les boîtes de lunch et faire semblant.
Je pense que c’est mieux de le faire comme je le faisais avec le jiu jitsu et les trois territoires Talk, Tell, Tackle .
J’ai découvert comment les arrêter et ils ont arrêté de m’espionner et d’espionner ma vie privée.
Mais j’espère que vous pourrez arrêter d’être intimidé par des gens insensés qui n’ont aucun respect pour les autres.
De Quinten, 10  ans

Peut-être que si plus d’adultes montraient leurs côtés doux , plutôt que le sarcasme et la moquerie autour des enfants, il y aurait beaucoup moins de moqueries autour des petits poneys .

Page Facebook « Support For Grayson »

D’où viennent les intimidations ? Les questions soulevées par les batailles bronies.

d’où viennent les ‘Bronies’ ? Que représentent-ils? Comment pouvons-nous éduquer les enfants et les adultes sur l’influence culturelle que crée une communauté abattant les stéréotypes ?

L’histoire de Grayson Bruce, 9 ans, victime d’intimidation pour aimer le dessin animé « My Little Pony » a fait les manchettes, et attire l’attention sur les faux pas pris par son école. Maintenant, nous allons jeter un oeil à la « nerd » et « hipster » cultures derrière le phénomène de la culture arc en ciel.

La mère de Grayson, Noreen Bruce, déclara que le directeur de l’école élémentaire de Grayson lui a dit que la solution serait que de son fils laisse son sac à dos  » My Little Pony » à la maison, sur la base selon laquelle, en le portant, il faisait de la publicité de sa passion pour un spectacle commercialisé pour les filles et créerai un « déclenchement de l’intimidation. »
La décision a déclenché l’indignation internationale , et maintenant – espérons-le – un débat raisonnable sur la façon dont un spectacle sur poneys amicales pourrait éventuellement devenir une telle tempête culturelle .
« Je pense qu’il y a une incompréhension totale du fandom de  » My Little Pony  » « , explique Mike Bernstein , le créateur de Everfree.net, un site populaire pour  » Bronies  » (le terme utilisé pour définir les garçons et les hommes qui aiment « My Little poney. »).  » La culture nerd est de plus en plus acceptée. Cela fait partie d’une augmentation de la tendance MLP dans la société . « 
Le site Web de M. Bernstein accueille 15 radios et vidéos disponible chaque semaine pour les fans âgés de 15 à 25.
Pour voir comment ce fandom se convertit en dollars, j’ai appelé Hasbro ce matin et m’a envoyé une déclaration e -mail me disant que le projet « My Little Pony », incluant la télévision, les films, les jouets et les articles portables « représente environ 650 millions de dollars de vente », depuis que la marque a été relancée en 2010.
Ce chiffre ne comprend pas les ventes s’adressant particulièrement aux Bronies par d’autres détaillants autorisés, tels que brony.com, qui s’adresse à une estimation de 2 millions de clients brony avec produits dérivés tels que des T-shirts, selon Bernstein .
« La marque My Little Pony et la série My Little Pony : Friendship is Magic ont toujours été centrées sur l’amitié, l’acceptation et l’intégration », a écrit un porte-parole de Hasbro dans un e-mail sur le harcèlement qui a lieu envers certains fans. « Nos personnages équins et nos messages d’amitié socialement pertinents dans notre narration ont résonné dans le monde parce que notre casting de base de tous les poneys a été uniquement défini sur les caractéristiques et les personnalités pour que les fans de tous les âges peuvent s’identifie. Nous croyons que tout le monde devrait être traité de manière égale, indépendamment de la façon dont ils choisissent de s’exprimer ».
Concernant l’intimidation de Grayson, Bernstein dit qu’il tendra la main à la mère de Grayson, « dans l’espoir de leur faire savoir qu’il y a beaucoup de fans là-bas et que l’intimidation à s’arrête à peu près quand vous arrivez à l’école secondaire, où il est considéré comme une nouveauté et quelque chose de cool ».

par Hobbes-maxwell
Lutter contre l’intimidation, un combat de tous les jours

Cependant, après que mon fils Quin, 10 ans, ait passé toute l’année dernière dans l’intimidation pour avoir raconter à une fille qu’il aimait Rainbow Dash de « My Little Pony », je peux dire avec autorité que l’école secondaire est trop loin pour les enfants comme Grayson et Quin pour qu’ils s’accrochent à leurs espoirs.
C’est pourquoi je suis à la recherche dans ce miasme culturel aujourd’hui, et espère mettre les haters au dehors la question .
Nous devons dire les choses telles qu’elles sont : pas tout ce qui concerne un arc-en-ciel est automatiquement une déclaration de l’orientation sexuelle .
« C’est tout simplement un stéréotype culturel facile à faire », dit Bernstein . « La logique saut pas cher, c’est que n’importe quel spectacle commercialisé aux filles est « féminin » . Un « show féminin » qui intéresse les téléspectateurs masculins [peut causer] une anomalie dans la logique de « garçons qui aiment les spectacles féminins sont efféminés. » C’est absurde. »
Pour démonter les stéréotypes derrière les fans de My Little Pony, j’ai passé en revue une étude menée par des professeurs de psychologie à l’Université de Caroline du Sud hors de la ville de Spartanburg, SC, dirigée par le Dr Patrick Edwards .
L’étude 2013 de 2500 fans de My Little Pony a révélé que 32% montraient ouvertement aimer le spectacle en société, tandis que 18ù préféraient cacher leur fandom. Parmi les personnes interrogées, 30% étaient entre les deux, cachant parfois leur goût pour le spectacle et parfois faisaient le choix de révéler leurs préférences en fonction de l’environnement social.
J’ai aussi envoyé un courriel à l’éditeur de contenu parental de Common Sense Media, Caroline Knorr, pour avoir son point de vue sur ce qui se passe, parce que son groupe offre des conseils sur les stéréotypes sexuels des spectacles pour enfants.
« Beaucoup d’enfants passent par une phase de très grande affection pour certains personnages médiatiques – qui sont ou non considérés comme « un genre approprié » « , dit Mme Knorr dans son e-mail de retour . « Aider la communauté scolaire à comprendre que cela aiderait l’enfant au lieu de le faire sentir coupable ou qu’il doit « mettre de côté » ce qu’il aime . »
Knorr a également suggéré que les écoles pourraient envisager de créer un temps social . « Ce que beaucoup d’écoles font dans ce cas, » dit-elle, « est de désigner un temps de médias en particulier, comme un vendredi après-midi après le travail où les enfants peuvent montrer et dire ce qu’ils aiment sans jugement. »
Les résultats de l’étude brony semblent appuyer la suggestion de Knorr, à la conclusion que les réactions positives à la fandom  » My Little Pony  » sont influencées par le plus une personne connaît le spectacle , par l’intermédiaire de pré-exposition et grâce à l’utilisation humour en plus positive ( pro – sociale ) façon .
Après avoir traversé une année de tristesse et de frustration en regardant mon propre fils victime d’intimidation pour aimer un poney bleu avec une crinière arc en ciel, je suis impatiente de trouver un chemin vers la résolution .
La mère de Grayson et moi avons discuté sur Facebook et elle m’a dit que son poney préféré est Fluttershy .
Je peur voir son intérêt, puisque dans l’une des vidéos que j’ai trouvé sur « My Little Pony » est celle dans laquelle la timidite ponette rose à la voix douce voit un dragon massif attaquer ses copains. Fluttershy se levait alors contre l’agresseur.
Cependant , quand elle voit le dur s’effondrer, le poney l’apaise. « Là, là. Pas besoin de pleurer. Vous n’êtes pas un mauvais dragon. Vous avez seulement fait une mauvaise décision. »
Nous devons arrêter de chahuter et nous devons aider les enfants à prendre de meilleures décisions en élargissant leurs horizons et en leur apprenant à faire partie de la solution en aidant à rejeter les stéréotypes invalides.

Laisser un commentaire