[Analyse] Pinkie Pie

Pinkie Style Pie




Salut tout le monde, c’est Gravi, mais vous pouvez m’appeler Gravispar le magnifique… Comment ça, non ? Bon, tant pis. On va parler aujourd’hui d’un poney plein d’énergie, rivalisant avec celle d’une bombe, d’un poney qui rendrait Discord fier, d’un poney que personne ne peut détester, d’un poney dépeint de toutes les façons possibles et imaginables. Ses chansons sont les plus remixées dans le fandom et elle est devenue l’un des emblèmes majeurs et incontournables de MLP, oui vous l’avez compris, je parle bien sûr de Pinkie Pie ET de Pinkamena Diane Pie.
Et c’est parti.

Songs, Songs everywhere.

La première chose que tout le monde pense sur Pinkie, c’est quoi ? Vous me direz « son canon à confettis, bien sûr », c’est vrai, mais je pensais plus à sa voix en fait.
Eh oui, Pinkie Pie est une super chanteuse poney, peut-être même de toute la série, que ce soit en solo avec le célèbre mais toujours aussi inspirant « Smile Smile Smile » et « Make a Wish », en duo ou encore en chœur avec ses amies comme dans « A True True Friend » ou « Apples to the Core ».
Pinkie est indéniablement la plus grande chanteuse de la série et peut vraiment être fière d’avoir un peu plus d’une trentaine de chansons à son actif dans la série.

Que Pinkie est une grande chanteuse, ça, les fans le savent bien, et en plus ils le montrent, avec les célèbres The Living Tombstone et Foozogz et leurs remix de « Smile Song » ou de l’entraînant « Make a Wish », suivis de près par Woodentoaster et son « Pinkie’s Lie », ou encore Alex S et son « Party with Pinkie ».
Le nombre de musiques chantées par Pinkie Pie, et remixées par les fans ne se compte même plus, il n’y a qu’à tendre le bras sur YouTube pour en trouver par poignées entières.

Analyse Mi-entals et bonbons mentholés.

Ce qui a attiré les fans sur elle, ce ne sont pas seulement ses musiques pourtant excellentes, mais surtout sa mentalité aussi changeante que la vitesse de pointe de Rainbow Dash qui la rend aussi attachante.

Son manque de cohérence psychologique ou, justement, sa trop grande cohérence que l’on trouve dans l’épisode 7 de la saison 3 où toute conséquence futur résulterait en sa propre faute, et c’est ce manque de logique évidente et c’est sa façon de changer complètement sa ligne directrice de fonctionnement qui nous fait tant rire.

« Elle est random, voyons » ou « C’est Pinkie », beaucoup me diront, et, oui, vous avez raison, mais elle n’est pas que cela : Pinkie est aussi enthousiaste et gentille. Il est difficile de ne pas l’apprécier à cause de sa mentalité à la base joyeuse, son énergie contagieuse, ou sa façon de faire sourire ceux qu’elle rencontre comme dans dans l’épisode 18 de la saison 2 « A Friend in Deed », où on peut la voir littéralement exploser.

Bref, vous avez compris sa personnalité instable mais gentillette a permis beaucoup de liberté de la part des rédacteurs. Une liberté qui a engendré une autre partie de la personnalité de Pinkie qui n’est pas si rose que ça.

Et enfin, me direz-vous, on ne peut pas parler de Pinkie Pie sans parler de son double schizophrénique impulsif, mais aussi attachant que son original, je parle bien sûr de Pinkamena Diane Pie.
Ce double cruellement mignon trouve son origine dans l’épisode 25 de la saison 1 : mise à l’écart par ses amies pour lui faire sa propre fête surprise d’anniversaire, Pinkie Pie révèle son côté sombre et dérape pour se finalement se relever et devenir la face cachée de la jument la plus joviale d’Equestria : Pinkamena.

Son apparition a tout de suite enflammé l’inspiration des fans, qui se sont empressés de créer œuvres et histoires à son sujet : que ce soit par les nombreux dessins, les musiques, les vidéo-montages d’horreur passant de l’horreur sur les jeux comme Call of Duty, les animations qui vous feront voir les cupcakes d’une autre façon, quelques creepypastas basés surtout sur les jumpscares, ou même et surtout par les fanfictions : que ce soit des bandes dessinées sur DeviantArt ou des livres sur FiMFiction ou MLPfiction.
Fuck Logic!!!

Pinkamena a été dépeinte de bien des façons : d’un slasher invisible à l’allégorie de la tristesse en passant par une amie folle mais protectrice dans les fanfictions, jusqu’à la tradeuse au switching de personnalités amicale ou démente, à l’amie loufoque rejetée dans la série, elle n’est pas passée inaperçue pour les fans, et ça, les membres du staff de MLP l’ont bien compris.

Voyant cet élan phénoménal de créativité venant de la part des bronies, ils se sont lancé un bon défi : jouer avec les fans. Au fil des épisodes, ils ont construit subtilement la personnalité de Pinkie Pie sous plusieurs angles différents, faisant ressurgir quelquefois ses sautes d’humeur contrôlées, et construit toute une sorte de logique qui lui est maintenant propre dans la série.
Mais ce pari a été lancé surtout pour quelque chose de plus personnel et qui est bien propre à Pinkie, pas sa façon naturelle à faire sourire les gens, non, quelque chose de moins subtil et de beaucoup plus… random.

L’impossible Pinkie Pie

Tout ce qui touche de près ou de loin à Pinkie, venant des fans ou de la série, c’est la plupart du temps du n’importe quoi. Ses pouvoirs dépassent l’entendement, on ne sait pas de quoi elle est vraiment capable et quand on ne sait pas quelque chose on propose des théories, et les théories sur Pinkie, elles fusent. On ne parle plus de surnaturel, là, non, mais de… Pinkinaturel. Et à votre avis, qu’est-ce qu’on peut dire sur les capacités de Pinkie ? En fait, beaucoup de choses.

Depuis les débuts de la série, Pinkie a fait griller des neurones à ceux qui ont essayé de comprendre son mode de fonctionnement et tous ont finalement abandonné, et les choses ne se sont pas arranger quand dans l’épisode 15 de la saison 1, « Feeling Pinkie Keen », le poney rose développe son premier pouvoir : le Pinkie Sense qui consiste à prédire l’avenir dans un futur relativement proche.

Comme Twilight Sparkle, personne n’a pu réussir à comprendre. Mais avec les références constantes des fans dans leurs créations, le pouvoir est devenu une sorte de seconde nature pour Pinkie avant de s’intégrer pleinement dans le personnage.
Pourtant, sa puissance ne s’arrête pas là.

Grâce à un travail de fond sur le poney de la part des auteurs d’MLP, et à une influence indirecte des fans en délire, l’emprise de la physique sur elle a été une bonne fois pour toute annihilée.
Depuis ce jour, Pinkie enchaîne les apparitions loufoques dans les épisodes, et met en scène chacune de ses nouvelles capacités, comme sa façon d’étirer son corps à l’infini, notable dans l’épisode 19 de la saison 2, ou sa capacité à modifier l’espace-temps, ce qui expliquerait qu’elle connaisse l’histoire du monde Equis dans les moindres détails comme prouvé dans l’épisode 23 de la saison 1. L’un de ses pouvoirs les plus courants mais aussi le plus terrifiant et qui a permis la naissance de quelques jeux d’horreur, est celui de la téléportation hors cadre d’elle-même ou d’objets. Pas convaincus ? L’emblématique épisode 20 de la saison 1.

Une futur coopération Marvel/Hasbro?

Mais son pouvoir le plus connu, le plus drôle, le plus utilisé dans les œuvres des fans, un pouvoir qui fait aller pleurer chez son docteur le temps et l’espace, je parle bien sûr du plus puissant pouvoir de Pinkie : celui de briser le 4ème mur.
Ce pouvoir a fait autant délirer les fans que le jour où Fluttershy a fait son irrésistible « yay ». Ce pouvoir prend naissance à la fin de l’épisode 21 de la saison 1 et l’épisode 5 de la saison 3. Comme pour les autres pouvoirs, il se concrétise par la suite un peu plus dans chaque nouvel épisode où Pinkie joue un rôle plus ou moins important.
« Le cassage du 4ème mur » permet au poney rose de pouvoir interagir avec littéralement le dessin animé en lui-même et, selon certaines hypothèses connues, elle pourrait même traverser les murs qui séparent les différents univers, réel ou imaginaire. Et depuis ce fameux épisode 21 saison 1, on a supposé que Pinkie aurait aussi conscience de notre présence, nous autres fans de MLP devant nos écrans d’ordinateur ou de télévision.

Awww.

L’effet produit par ses pouvoirs loufoques sur la communauté a été, disons… violent ? Non. Explosif ? Ce n’est pas le meilleur terme, mais c’est le seul mot qui s’en rapproche le plus. Oui, ça a eu l’effet d’une belle bombe de confettis et de serpentins.
La créativité autour de Pinkie s’est énormément développée : des références à d’autres univers du dessin animé ou de la littérature pour rendre hommage à un artiste dans les œuvres écrites anglaises ou françaises, en passant par les animations de 2 minutes à l’épisode complet 100 % fan-made comme « Double Rainboom » produit par Zachary Rich, ou tout simplement des peintures et autres arts graphiques, comme de simples dessins ou même… des mèmes.

Oui, les mèmes peuvent aussi être considérés comme une forme d’art, ils sont surtout une façon simple et efficace d’exprimer une pensée avec humour et de faire passer un message avec un texte court mais compréhensible accompagné d’une image remasterisée classique ou tirée d’une scène bien précise de la série.
Et pour les mèmes de Pinkie et sa logique bien à elle, eh bien c’est comme YouTube : on en ramasse par pelletées. Ses pouvoirs ont inspiré en masse le fandom qui ne cesse de créer encore et encore.

Conclusions

Pinkie Pie est l’un des poneys fondamentaux de cette série, et rien ne pourra la changer malgré tout, elle continue à inspirer les gens. Elle continuera encore à répandre joie dans la série, et fous rires dans le fandom.
N’oubliez pas de toujours rester heureux quoi qu’il arrive et de faire sourire ceux que vous aimez.
À la prochaine tout le monde pour de nouvelles analyses, encore plus puissantes.


Au fait, vérifiez qu’elle ne danse pas derrière vous quand vous lirez ceci. Au cas où.

Laisser un commentaire