[Analyse] My little pony : Le récap’.

par SpaceKitty

Bonjour,

Je vous propose ce tout nouvel article qui commentera, déchiffrera, éclaircira tous les poneys, ici présent, sur leur série favorite qu’est My Little Pony : Friendship is Magic.
Et très régulièrement, je serais forcé d’exposer des notions telles que l’importance du montage image, l’identité, les effets de style.

On commence cela après la séparation…


Jamais un show n’a fait autant parler de lui avec ses rassemblements de fan. Aujourd’hui, c’est d’une telle ampleur ! Après seulement 3 saisons ravissantes, la série vient encore de franchir une nouvelle étape.
La première étant connu de tous, c’est l’indépendance de la « Friendship is Magic. » à la franchise « Mon Petit Poney, My Little Pony Tales, etc ». Les personnages y sont pour quelque chose. Ce sont des poneys qui ont un aspect physique qui s’éloigne largement de l’animal concerné et s’habille avec des comportements humain, des réactions, des réflexes et une conscience libre.

Cependant on peut noter une manière de gérer les informations autour du personnage DANS CHAQUE SAISON !

Aidez-là à retrouver sa couronne !
La saison 1 met en valeurs un ou plusieurs personnages qui sont opposés à un élément extérieur (antagoniste, une contrainte, etc.) ou intérieur (un point de vue erroné., etc.). Comme toute structure ternaire, (début-milieu-fin, avec désire de résolution d’un obstacle), le personnage use de nombreuses bricoles pour parvenir à ses fins sous l’enjeu, (qui justifie, qui détermine une importance), et fait monte l’intensité dramatique. Comment le personnage va-t-il procéder pour avoir ce qu’il souhaite ? Voilà comme cela se construit. Et ça nous plonge dans une continuité. Celle-ci finie très souvent par se fourvoyer, Carrément. Il suffit d’un autre personnage, un deuxième point de vue qui évolue en parallèle pour définir une comparaison sur l’obstacle et ainsi l’éclaircir.
Exemples : 
Swarm of the Century – Les stratégies de Twilight ne fonctionne pas. Pinkie surgit avec la solution.
Bridle Gossip – Confisions les intentions d’un personnage mystérieux. Par le courage d’Apple Bloom, elle découvre l’identité de Zeccora.
Cela se base donc sur la leçon à apprendre l’un de l’autre.

La saison 2 n’est pas plus différente si ce n’est que la gestion des informations dans l’écriture. La résolution ne viendra pas par confrontation de point de vue. En effet, le personnage va avoir une intelligence pour reconsidérer son point de vue, il va lui-même admettre un fait, résoudre des casse-tête (May the Best Pet Win!), ou échouer (Lesson Zero, Read It and Weep).

La saison 3 et maintenant je l’affirme, est un intermédiaire de la saison 4. Il met en place des éléments abstraits tels que Discord gentil heu pardon, Jim Carrey en gentil, ou « Princesse Twilight« , qui se développent dans la saison 4 (d’après les trois premier épisodes).

J’en viens à la deuxième grande étape dans My Little Pony : Friendship is Magic.

Une brusque montée de maturité des personnages qui assument pleinement leurs personnalités.
Alors que dans les saisons précédentes, les personnages interagissaient avec les décors pour se construire. Dans la saison 4 c’est le décor qui valorise, se synchronise avec lui pour le centrer.
Anecdote dans l‘épisode 3  » l’abeille qui visite les narines de Gummy, sans réaction de ça part. Preuve qu’il est vraiment mort de l’intérieur « .
Le fait de ne plus avoir de leçon laisse une place, plus importante, à la théâtralité.

Mais ceci est une autre histoire…

par TheSharkGuy

Laisser un commentaire